Un bon équilibre alimentaire… pour limiter les risques de cancer

Alimentation Saine
Envoyée spéciale au cœur de nos assiettes, une anthropologue, spécialiste de la nutrition, nous informe des relations « cancer-alimentation » ! Comment mieux manger pour mieux se porter et se protéger du cancer. Des conseils qui font l’unanimité des scientifiques.

L'évolution des habitudes alimentaires (nous mangeons notamment plus de graisses et de viandes qu'autrefois, moins de céréales et de légumineuses) a peut-être une influence sur le développement des cancers les plus fréquents, notamment ceux du sein et du côlon.

Pour faire le point sur les relations « cancer-alimentation », nous avons rencontré Anne Charlot, chercheur en anthropologie nutritionnelle au CNRS, qui travaille avec une équipe de scientifiques, spécialistes du cancer. Elle se penche sur nos assiettes et son constat reste résolument optimiste une alimentation saine et bénéfique pour la santé est parfaitement compatible avec le plaisir de manger !

En matière de choix alimentaires, pour avoir le maximum de chances de prévenir les cancers, quelques recommandations font l'unanimité dans la communauté scientifique.

Variez vos menus

Anne Charlot insiste beaucoup sur l'intérêt de varier son alimentation. Non seulement parce que c'est un excellent moyen pour atteindre un bon équilibre, nutritionnel, mais aussi parce que c'est une façon efficace de se protéger du cancer.

Cela ressort clairement des études scientifiques : pour qu'un cancer se développe, il faut une exposition répétée, jour après jour pendant des années, voire des dizaines d'années, à des composés cancérigènes ou pré-cancérigènes Mais une exposition occasionnelle à ces substances n'aura aucune conséquence néfaste, leurs effets nocifs étant alors contrecarrés par les systèmes de défense de l'organisme. En mangeant varié, on met des atouts de son côté !

Pour bien se nourrir, s'il est utile de diversifier ses menus, il n'est pas indispensable de transformer radicalement son alimentation. Il s'agit plutôt de savoir lui apporter des aménagements et de l'alléger.

En France (comme dans beaucoup de pays occidentaux), il serait souvent souhaitable de modérer la quantité de ce que l’on mange. Il faut se souvenir que l'obésité ou même le simple excès de poids sont associés à un risque plus élevé, de maladies.

Repas Sain équilibré
© istock

Evitez le grignotage

Il faudrait éviter de multiplier les prises alimentaires dans la journée, les grignotages. Manger beaucoup est une habitude : on peut très bien s'habituer à (un peu) moins manger ! Au bout de quelque temps, le sentiment de satiété arrive plus vite.

La consommation d'alcool doit aussi rester modérée. Il n'est pas nécessaire de s'en abstenir totalement : un verre de vin à chaque repas aurait même une action plutôt bénéfique ! Mais il est déconseillé de boire quotidiennement de grandes quantités de boissons alcoolisées, et surtout des alcools forts. Mais avant tout, pour pouvoir durablement transformer ses habitudes alimentaires, il est bon de respecter la notion de plaisir. Ce qu'on mange, ce qu'on boit doit être bon ! Manger « juste » et « bien », c'est aussi savoir rester gourmand, gourmet, et être capable d'apprécier ce que l'on a dans son assiette !

Le code des bonnes habitudes alimentaires

  • Consommer moins de matières grasses : limiter les graisses animales, les fritures, les pâtisseries grasses.
  • Consommer moins de viande et de fromage : choisir de préférence le poisson, la volaille, la viande maigre ; préférer fromages allégés et fromages frais.
  • Manger chaque jour des légumes et des fruits frais, des céréales complètes ou des légumineuses ; privilégier agrumes et kiwis, fruits de couleur jaune ou orange, légumes verts bien colorés, légumes de la famille des choux (qui renferment des substances protectrices contre les cancers).
  • Penser au pain complet, au riz complet, aux céréales complètes pour petit déjeuner (riches en fibres protectrices contre certains cancers).
  • Modérer la consommation d'alcool : habituellement, pas plus d'un verre de vin par repas ; apéritifs et digestifs exceptionnellement.
  • Limiter la consommation d'aliments fumés, salés ou en saumure : éviter aussi la consommation fréquente d'aliments grillés au barbecue qui, comme les aliments fumés, portent en surface des substances cancérigènes.

À lire aussi : Comment ne pas prendre du poids en hiver ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires