Intolérances alimentaires : un lien avec l’immunité ?

Intolérance Alimentaire Gluten
Oui, mais… Pour l’instant, une réponse de prudence s’impose. C’est tout ce que l’on peut dire ! Des promesses sont réelles sur les aliments qui ne nous conviennent pas et qui provoquent des réactions de notre immunité. Mais des critiques subsistent quant à la possibilité de mettre en évidence ces intolérances de façon sensible et signifiante. La piste est cependant intéressante.

Les promesses : l'aliment qui fait réagir le système

Tester ses intolérances alimentaires permettrait de connaître les réactions immunologiques de chacun à certains aliments. En effet, sans le savoir, nous pouvons être intolérants à certains aliments. Cette intolérance provoque une hyperactivation du système immunitaire. Il faut donc temporiser cette réaction pour éviter, à terme, l'apparition de maladies chroniques. Ce n'est pas encore une notion très connue, bien que de plus en plus de publications le confirment.

En consommant régulièrement des aliments auxquels on est hypersensible sans le savoir, on crée une inflammation chronique de la muqueuse intestinale. Elle serait à l'origine de lésions de la muqueuse, qui devient perméable.

Conséquence : Elle laisse passer des particules d'aliment, qui se retrouvent dans la circulation sanguine. Dans le sang, ces aliments sont reconnus comme étrangers. Le système immunitaire les piège en produisant un anticorps (appelé immunoglobuline G, IgG) pour former un complexe avec l'aliment. En quantité trop importante, ces complexes se déposent dans différents organes et tissus (muscles, peau, poumons, artères) et font à terme le lit de multiples maladies rhumatismales, cardiovasculaires, digestives, allergiques, migraineuses...

Les critiques : tester notre hypersensibilité à certains aliments, pas si simple

Le seul moyen pour connaître ses intolérances alimentaires tester les IgG alimentaires (immunoglobulines fabriquées par l'organisme en réponse à un aliment spécifique) ! Une simple prise de sang permettrait de doser les anticorps IgG alimentaires dirigés contre 270 aliments, colorants ou additifs afin de vérifier si la personne est hypersensible à ces aliments.

Non remboursé, ce test complexe est cher. Mais certains médecins et biologistes reprochent un manque de preuves derrières ces dosages. Les immunoglobulines sécrétées dans l'intestin sont très difficiles à doser. Dans le sang, il est bien sûr possible de quantifier des immunoglobulines. Mais la détection des IgG alimentaires pose problème : si elles sont présentes, elles le sont en quantité trop faible pour être détectées par une simple prise de sang.

En effet, en connaissant les aliments auxquels on est intolérant (le plus souvent les laitages, le gluten, les œufs et la levure), on élimine de son alimentation les aliments incriminés pendant six mois à deux ans. Les aliments peuvent ensuite être réintroduits progressivement.

Vous souffrez d'une maladie auto-immune ou d'une maladie chronique...

Si vous êtes atteints d'une maladie inexpliquée mettant en jeu l'immunité (maux de tête, rhinites, sinusites chroniques, eczémas, colites, maladie de Crohn, pancréatites, diabète, arthrite, polyarthrite, obésité, fibromyalgie...), il peut être intéressant de chercher une réponse individuelle à vos problèmes nutritionnels auprès d'un praticien et d'effectuer un test de vos intolérances alimentaires.

L'expérience montre une amélioration de 80 à 90 % de l'inflammation et des douleurs de ces différentes pathologies lorsque l'on pratique une éviction des aliments vis-à-vis desquels on est hypersensible. D'après une étude mandatée par la British Allergy Foundation portant sur 1 761 patients souffrant d'affections chroniques, on constate grâce à l'éviction des aliments

  • Environ 60 % d'amélioration et 25 % de guérison dans les maux de tête, les migraines, œdèmes de paupières, yeux rouges et larmoyants.
  • Environ 60 % d'amélioration et 15 % de guérison dans les problèmes respiratoires chroniques.
  • Environ 40 % d'amélioration et 27 % de guérison dans les psoriasis.
  • Plus de 50 % d'amélioration et 40 % de guérison dans les problèmes digestifs.
  • Environ plus de 50 % d'amélioration et 12 % de guérison dans les inflammations articulaires.
  • Près de 60 % d'amélioration et 15 % de guérison dans des problèmes généraux de forme, de fatigue, de dépression, d'anxiété ou de troubles de l'attention.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires