Le bambou : un allié pour notre peau

Beauté Bambou
Pour hydrater l’épiderme, assouplir et fortifier la peau et lutter contre les rides, la cosméto utilise les « larmes de bambou », la fameuse sève de cette herbe vraiment hors norme. Explications.

Le bambou affiche un CV à faire pâlir n'importe quel végétal ! Champion toutes catégories dans bien des domaines, il est utilisé pour la construction de ponts incroyables en Asie, en déco pour fabriquer des meubles, en cuisine, et, bien sûr, en cosméto.

La cosméto en a fait un de ses champions

Souple et résistant comme notre peau, il était presque naturel que les laboratoires cosmétologiques s'intéressent de très près à cette herbe hors norme. À raison puisque le bambou jouit non seulement auprès du grand public d'une image zen et écologique qui colle parfaitement à l'air du temps, mais il a aussi des vertus assouplissantes, apaisantes et fortifiantes. On s'explique.

La tige de cette plante sécrète un exsudat naturel, "les larmes de bambou". Ces fameuses larmes, en fait la sève du bambou, sont très riches en silice (oxyde de silicium), lequel est un atout essentiel dans le maintien et la santé des tissus cutanés.

Avec l'âge, nous voyons diminuer peu à peu notre capital en silicium. Résultat, notre peau devient moins ferme et s'assèche, les tissus se relâchent, des rides commencent à apparaître. Le vieillissement cutané est la principale conséquence de cette chute de silicium.

Pour lutter contre l'accélération du temps, hydrater la peau, la fortifier, l'assouplir et lutter contre les rides, pourquoi ne pas profiter des vertus de ces "larmes de bambou" ? C'est pour cette raison que les laboratoires de cosméto exploitent la silice issue de la sève de bambou en l'intégrant dans de nombreuses crèmes et laits corporels et autres gels douche.

Le bambou est aussi utilisé dans les exfoliants : sa fibre à la fois dure et non agressive élimine les cellules mortes, et redonne de l'éclat aux teints ternes.

Ses vertus médicinales sont utilisées en Chine

Riche en silice et minéralisant, on lui prête également des propriétés antirhumatismales. Une toute récente étude menée par des chercheurs de la Washington State University montre qu'un régime à base de pousses de bambou contribue à faire baisser le mauvais cholestérol. Si ce résultat est encourageant, il doit être confirmé, car le régime alimentaire n'a été testé que chez huit jeunes femmes en bonne santé.

Écolo, oui mais il est parfois invasif

Le bambou aurait aussi des propriétés antibactériennes à tel point que dans certaines cultures, notamment celle du raisin, il est utilisé pour éliminer les toxines présentes dans le sol ! Par ailleurs, pas besoin d'engrais pour le voir s'élever à vitesse grand V vers le ciel (certains types de bambous croissent d'un mètre en 24 heures).

Alors, tout est vraiment bon dans le bambou ? Pas totalement, car il figure aussi en bonne place dans le classement des espèces invasives. Laissé à l'abandon, il est capable de se répandre très vite et d'étouffer la végétation environnante.

Plus grave, le bambou peut abriter des moustiques vecteurs de parasites à l'origine du paludisme ou de virus, comme celui de la dengue. Il est donc important de le surveiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires