Produits antirides : que disent et font les chirurgiens ?

Produits Anti Rides
De nombreux implants injectables sont disponibles dans les cabinets de médecine esthétique. Parmi le vaste choix qui leur est proposé, que préfèrent injecter médecins et chirurgiens esthétiques ?

Manifestations du vieillissement cutané, les rides apparaissent sur notre visage au fil des ans et s'aggravent sous l'influence de différents facteurs tels que le soleil, le froid, le tabac, la pollution, les troubles nutritionnels, les amaigrissements brutaux, les variations hormonales…

Pour combler ces rides qui creusent peu à peu notre front, nos yeux, nos pommettes et notre bouche, il existe de nombreux produits, résorbables ou non.

À lire aussi : Microdermabrasion : tout savoir sur cette technique 

Les implants injectables

Les biodégradables, totalement résorbables, qui seront éliminés par l'organisme et dont l'effet sera transitoire, sont, le plus souvent, à base de collagène ou d'acide hyaluronique, simple ou réticulé. Présent normalement dans les tissus de notre organisme, l'acide hyaluronique permet de "combler" mais aussi d'hydrater en captant les molécules d'eau circulantes. En règle générale, ces deux substances, qui sont des constituants naturels de la peau, sont bien tolérées.

L'injection de tels implants conduit à de bons résultats, à condition de respecter indications et contre-indications. La durée du traitement est mesurée par les médecins et chirurgiens esthétiques. Ainsi ont-ils pu observer que l'effet de comblement reste visible pendant environ six à dix mois.

Mais, attention, cette durée est variable car elle dépend de l'âge du patient, de son type de peau, de son métabolisme, de ses habitudes de vie et de la technique d'injection.

En effet, 3 à 4 % des patients dégradent très rapidement l'antiride injecté. Les non biodégradables, non résorbables, qui persisteront de façon durable dans le derme. Ils sont constitués de microbilles non dégradables, mélangées ou non à du collagène bovin ou à de l'acide hyaluronique. Leur effet de comblement perdure des années, mais « certains ont montré des effets secondaires assez importants

Implant Anti Ride
© istock

À lire également : Rajeunir son regard : toutes les solutions avec ou sans chirurgie

Indications, contre-indications et effets secondaires

- Les indications de ces matériaux dépendent avant tout de la ride à traiter : plus elle est importante, voire associée à une cassure du derme, plus les implants doivent être concentrés et injectés profondément dans la peau.

- Les contre-indications doivent être déterminées avant l'injection, lors d'un interrogatoire et d'un examen minutieux. Ainsi pourront être détectés des risques d'allergies, notamment au collagène et plus rarement à l'acide hyaluronique, l'existence de maladies auto-immunes... La grande majorité des médecins préfèrent également ne pas procéder à des injections d'implants lors d'une grossesse ou d'un état d'immunodépression.

- Des effets secondaires ont été recensés. Quel que soit l'implant injecté, des rougeurs, des petits hématomes ou de légers œdèmes peuvent survenir. Ces réactions mineures sont immédiates et disparaissent le plus souvent en quelques heures, parfois quelques jours. Mais de rares complications peuvent se manifester tardivement après l'injection de produits dégradables ce sont des réactions inflammatoires (réactions d'hypersensibilité retardée) pouvant aboutir à la formation de granulomes (nodules). Un traitement à base de corticoïdes est alors nécessaire pour permettre une restitution complète de la peau.

Plus sévères et plus graves, les réactions qui se développent tardivement après l'injection d'implants non dégradables. Certains médecins disent avoir décelé de tels effets secondaires deux ans après l'injection !

Les granulomes formés sont, eux aussi, traités avec des corticoïdes, mais si une amélioration est notée, elle est dans ce cas rarement complète.

On peut donc s'interroger sur la réelle innocuité de ces produits, car il semble clair que les risques liés à leur injection existent. En outre, si les manifestations sans gravité sont facilement reconnues, les incidents plus sérieux peuvent être parfois difficiles à aborder avec les médecins comme avec les laboratoires pharmaceutiques. Au cours de notre enquête, il nous a notamment été compliqué et parfois impossible d'avoir accès aux études cliniques réalisées par les fabricants...

Pour plus de sécurité, le Dr Tordjman affirme que « le devoir du médecin est de connaître les produits qu'il utilise et de s'interroger sur leurs composants ».

Par ailleurs, « il faut bien expliquer avec quel implant, pourquoi et dans quelle partie du visage l'injection aura lieu », précise-il. « Les patients doivent être informés de la procédure, des résultats prévisibles et de la possibilité d'effets secondaires. Il est également très important que le dialogue existe entre praticiens et patients qui, à leur tour, doivent nous faire part de leur vécu esthétique, surtout si des matériaux non dégradables leur ont déjà été injectés. » Enfin, ce médecin souligne la nécessité de mettre en place une formation pratique garantissant de bonnes techniques d'injection. Certes, des ateliers de démonstration sont organisés par les laboratoires pharmaceutiques, mais la démarche commerciale se mélange alors à l'initiation.

Produit Antiride Injection
istock

Sécurité et efficacité

« Je n'utilise plus que des implants dégradables. Auparavant, j'injectais les deux (dégradables et non dégradables) mais, par sécurité, j'ai changé. » A l'image du Dr Sebagh, la grande majorité des médecins et chirurgiens esthétiques choisissent aujourd'hui d'injecter des produits résorbables ils permettent un bon résultat esthétique, durant un laps de temps satisfaisant, pour un coût correct. Bien que le risque zéro n'existe pas, les complications sont alors extrêmement rares et, si elles surviennent, elles sont vouées à disparaître en même temps que l'implant.

Afin d'éliminer tout risque de transmission d'agents infectieux, certains praticiens préfèrent les produits dégradables d'origine non animale. D'autres considèrent que les implants à base de collagène sont de bons produits dès lors que le protocole de tests permettant de déceler une sensibilité à cette substance est respecté.

Lors d'injection d'acide hyaluronique aviaire (provenant des oiseaux), le Dr Pons-Guiraud préconise un test cutané chez les personnes ayant des allergies à l'œuf de poule, au poulet ou aux plumes d'oiseaux.

Interrogés sur les risques induits par l'utilisation simultanée de différents implants, les praticiens estiment que l'effet cumulatif n'est pas dangereux lorsqu'il s'agit de produits résorbables. Attention, en revanche, au cumul de produits dégradables et non dégradables !

De plus, médecins et chirurgiens esthétiques soulignent l'efficacité des acides hyaluroniques concentrés de deuxième génération stabilisés et réticulés. Il appartient alors au patient, préalablement informé, de décider quel type d'injection il souhaite.

Qualifiés de dispositifs médicaux, les matériaux de comblement des rides doivent justifier d'un marquage CE pour être autorisés. « Il faut savoir que celui-ci est attribué à une unité de fabrication et non au produit lui-même », explique le Dr Tordjman. « Le marquage CE, cela veut dire que l'implant est fabriqué dans de bonnes conditions sanitaires », précise le Dr Sebagh. Aussi, afin d'offrir davantage de sécurité à leurs patients, de nombreux praticiens souhaiteraient que les laboratoires justifient d'études cliniques approfondies et d'un recul d'au moins deux ans avant la mise sur le marché de l'esthétique d'implants non dégradables.

Notre avis : Veiller à la qualité de l'examen pratiqué par votre médecin esthétique et bénéficier d'implants dégradables, certes transitoires mais qui font disparaître nos rides en nous assurant bonne mine, est l'attitude la plus responsable et raisonnable ! N'oublions pas que la peau est un tissu dynamique et vivant, sa physiologie se modifie avec l'âge et les besoins d'aujourd'hui ne sont pas forcément ceux de demain.

Les tarifs : Le prix d'un tel traitement dépend de ces indications : plus la ride est profonde, plus la quantité de produit injectée est grande, plus l'intervention est coûteuse. Le prix moyen d'une séance d'injections est de 381 à 457€, comprenant parfois une deuxième visite. La remise d'un devis indiquant la nature et le coût de l'intervention, ainsi que le nom du médecin traitant, devient alors obligatoire, comme pour tout acte esthétique dont le prix est supérieur à 305 €. Si on ne vous le propose pas, n'hésitez pas à le réclamer.

Chirurgie Antiride
istock

Un cas à part : la toxine botulique

L'injection de toxine botulique est aujourd'hui réputée en médecine esthétique : de nombreux praticiens la jugent efficace pour traiter les rides du front, du lion et de la patte d'oie, provoquées par l'action des muscles sous-jacents. Des injections répétées dans les muscles incriminés empêchent leur contraction et diminuent ainsi les plis. Pourtant, si cette technique est utilisée en ophtalmologie et en neurologie pour traiter les spasmes musculaires, elle n'est pas autorisée dans le traitement des rides.

Produite par des bactéries (clostridium botulinum), cette toxine est en effet responsable du botulisme, maladie humaine rare qui se traduit par des paralysies progressives. Aussi, même si les doses utilisées en esthétique sont faibles, les injections ne sont pas anodines. Dans sa mission de surveillance du marché, l'Afssaps contrôle actuellement les dossiers de l'ensemble des produits antirides injectables. On peut se demander quelle sera sa décision quant à l'utilisation de la toxine botulique à visée esthétique...

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.