Comment bien s’épiler : laser, cire, épilateur, crème dépilatoire, cire… que choisir ?

Pilation
Pour avoir une peau douce et nette, voici de quoi trouver la ou les techniques qui vous correspondent « pile poil ».

Le rasage : faire peau nette en un clin d'œil

Epilation Maison Rasoir
© istock

Comment il agit : Il coupe le poil au ras de la peau.

Ses avantages : Pas besoin d'attendre que les poils repoussent de quelques millimètres pour l'utiliser à nouveau. De plus, il est pratique et économique.

Ses contraintes : L'obligation de recommencer tous les 2 ou 3 jours. Le rasoir coupe le poil en biseau. Quand celui-ci repousse, il a l’air plus dru ce qui donne un effet barbe pas très sexy. C'est un mode d'épilation qui peut s'avérer agressif et entraîner des coupures, des infections et des folliculites s'il est mal employé.

Pour quelles zones : Les jambes et les aisselles. Mieux vaut éviter le maillot car c'est une zone très sensible : la repousse drue peut être fort désagréable.

Son mode d'emploi : Désinfectez la partie à raser et employez une lame toujours propre. Pour préparer la peau et faciliter la glisse du rasoir, utilisez un gel ou un mousse à raser et de l'eau chaude. Oubliez le savon, trop desséchant. Inutile d'appuyer sur votre rasoir, laissez les lames filer sur votre peau. Allez toujours dans le sens de la pousse du poil. Changez les lames toutes les trois ou quatre séances pour éviter les coupures.

Après, rincez les lames à l’eau claire et laissez les sécher à l'air libre. Puis appliquez une crème hydratante pour nourrir la peau.

La pince à épiler : haute précision pour l'épilation

Comment elle agit : Elle permet d’extraire les poils un à un avec précision.

Ses avantages : Elle retire le bulbe du poil et facilite les retouches entre deux épilations.

Ses inconvénients : L'envie de creuser pour aller chercher un poil encore sous peau... c'est la meilleure façon de provoquer des infections.

Et pour les sourcils, gare aux défrichages intempestifs : un poil en moins et c'est votre regard qui en pâtit. Si c'est la première fois, mieux vaut confier l'opération à une esthéticienne. Après, vous n'aurez plus qu'à entretenir en ayant la main leste.

Pour quelles zone : Les sourcils et les retouches entre deux épilations aux aisselles, au maillot et aux jambes.

La cire : une douceur durable

Pilation à La Cire
© istock

Comment elle agit : Elle emprisonne le poil, permet de l'arracher avec le bulbe.

Ses avantages : Lorsque c'est bien fait, la repousse est lente : 3 à 4 semaines. Au fur et à mesure des épilations, le poil s'affine et tend à disparaître... au bout quand même de quelques années et en n'utilisant pas une autre pratique.

D'autre part, l'arrachage évite que les poils se cassent et permet d'exfolier la peau.

Ses inconvénients : Il faut attendre que le poil soit de 3-4 millimètres pour l'arracher. La cire chaude n'est pas recommandée aux femmes souffrant de problèmes de circulation.

Enfin, si l'arrachage est mal effectué, les poils ont tendance à repousser sous la peau.

Pour quelles zones : Le maillot, les aisselles, les jambes.

Son mode d'emploi : On fait chauffer la cire sans la faire bouillir car elle serait alors inutilisable, sans parler des risques de brûlures. On l'étale en couche fine sur une peau propre et sèche, dans le sens du poil. On l'arrache avec une bande de papier ou de tissu, dans le sens contraire de la pousse. Pour y arriver, tirez la bande en restant près de la zone à épiler, non en tirant vers le haut.

L'épilateur électrique : super pratique

Comment il agit : Sa tête est équipée de petites pinces à épiler qui arrachent le poil avec son bulbe.

Ses avantages : Il est pratique à transporter et à utiliser partout là où il y a une prise de courant. Il permet de garder la peau nette durant 3 semaines.

Ses inconvénients : La majorité des poils est arrachée avec le bulbe, mais une autre partie est coupée, ce qui favorise la repousse et peut déclencher des problèmes de folliculite. Si les fabricants ont fait beaucoup pour limiter la douleur, les plus douillettes auront toujours un peu mal. Enfin, il arrive souvent que la peau rougisse après l'épilation.

Pour quelles zones : Jambes, cuisses... et aisselles pour les courageuses.

Son mode d'emploi : utilisez-le après la douche ou, mieux, après le bain. Cela permet de ramollir la peau, de dilater les pores et de faciliter l'arrachage. N'hésitez pas à faire un gommage, pour les mêmes raisons. Appliquez une crème hydratante pour limiter les rougeurs.

La crème dépilatoire : douceur vite faite

Comment elle agit : Le principal agent actif de la crème dépilatoire est le sel de Hioglycolate. Il dissout le poil, ce qui lui enlève toute résistance mécanique. Il s'enlève alors très facilement.

Ses avantages : Elle est très simple d'emploi et sa repousse est moins rapide (6 jours) qu'avec le rasoir. Le poil est arrondi ce qui lui confère plus douceur lorsqu'il refait surface. Ses agents hydratants laissent la peau agréable à toucher.

Ses inconvénients : L'odeur d'ammoniaque encore présente malgré les efforts des fabricants. Il existe également des risques d'irritation voire d'allergie, aussi, il ne faut pas oublier de tester la crème sur une petite zone, 24 heures avant de s'en servir.

Pour quelles zones : Les aisselles et les jambes. On peut l'utiliser aussi sur les contours du maillot mais il faut éviter de faire une épilation intégrale.

Son mode d'emploi : Étalez la crème sur une peau saine sans lésion ni irritation. Respectez bien le temps de pose indiqué par le fabricant. Utilisez la spatule pour enlever les poils et finissez avec un gant de toilette en insistant bien pour faire partir les petits poils récalcitrants. Rincez abondamment à l'eau claire.

N'employez pas de savon ou de produit alcoolisé durant les quelques heures qui précèdent ou qui suivent l'épilation.

Le laser : quand s'épiler est une corvée

Pilation Laser
© istock

Comment il agit : On a soit un scanner qui se présente sous la forme d'un carré, soit un stylo pour les petites zones. Ils sont passés à la surface de la peau. Leur rayonnement conduit par la mélanine colorant le bulbe du poil détruit celui-ci.

Ses avantages : Il permet une épilation permanente. C'est une technique indolore pour les peaux claires. Les peaux foncées peuvent ressentir des picotements, toutefois moins désagréables que ceux d'une épilation à la cire.

Ses inconvénients : Le laser est sans efficacité sur les poils blancs ou roux qui sont peu, voire pas chargés en mélanine. Il est contre-indiqué pour les peaux noires, métis et "fraîchement bronzées" qui, elles, contiennent trop de mélanine. Il n'est pas non plus recommandé pour celles qui ont beaucoup de grains de beauté car il peut s'avérer difficile de faire du "gymkana" pour les éviter.

II existe également un risque de brûlures, de cicatrices et de pigmentation. Aussi cette technique doit être absolument pratiquée par un médecin esthétique ou un dermatologue, non pas par des assistants. Aussi bien formés soient- ils, ils ne peuvent réagir en cas de complications.

Pour quelles zones : Toutes les zones pileuses du corps et du visage.

Son mode d'emploi : Après une première séance, ce sont 10 à 15 % des poils qui sont morts. Aussi, pour réaliser une épilation permanente, 6 séances réparties sur 18 mois sont nécessaires. Le compte à rebours est le suivant : une séance à J 0 et les suivantes à J +2 mois, J +5 mois, J + 8 mois, J + 12 mois et la dernière à J +18 mois. C'est long, mais... ça marche.

Fini les poils qui repoussent sous la peau !

Il arrive fréquemment que des poils repoussent sous la peau et occasionnent des petits boutons. L'épilation, sous toutes ses formes, en est la raison essentielle : en agressant le poil, elle est susceptible de créer une infection. Voici quelques bonnes habitudes à prendre pour résoudre le problème. Ne tripotez pas vos boutons, vous ne ferez qu'aggraver la situation. Désinfectez toujours vos mains et la partie à traiter avant l'épilation.

Adoptez, au quotidien, une crème desquamative aux acides de fruits : cela aide à éviter la repousse sous cutanée. Si le problème persiste, consultez votre dermatologue qui vous prescrira une crème antibiotique à appliquer pendant les dix jours suivant l'arrachage du poil. Vous pouvez également opter pour une ou deux séances de laser. C'est radical.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires