Qu’est-il prévu en cas d’urgence médicale dans un avion ?

Femme âgée souffrant de maladie dans l’avion
Si le problème est grave, le commandant de bord, seul décisionnaire à bord, demande une assistance médicale ou atterrit.

Je ne me sens pas bien... Enfermée dans une cabine pressurisée, à 10 000 mètres d'altitude au-dessus d'un océan, le moment est, il est vrai, mal choisi pour tomber malade. Sauf que l'on ne décide pas d'une nausée, d'un mal de ventre ou d'une douleur dans la poitrine... Les statistiques des compagnies aériennes indiquent qu'un incident médical survient pour 20 000 passagers par an.

Au vu du trafic aérien, c'est beaucoup. Que prévoient les compagnies aériennes pour soigner les malades ? La formation au secourisme de l'équipage et la présence de trousses médicales à bord sont obligatoires, poursuit le médecin. Sans cet équipement, l'avion ne peut pas décoller.

Évaluer avec l'équipage le degré de gravité

En revanche, les procédures d'urgence ne sont pas strictement définies, et chaque compagnie aérienne fait un peu comme elle veut. Mais dans les faits, les procédures sont similaires car toutes reposent sur le principe central de l'aéronautique : le commandant de bord est seul décisionnaire dans l’avion (son seul supérieur hiérarchique est Je PDG lui-même !). Étape par étape il s'assure avec son équipage du degré de gravité de l'incident médical survenu à bord, puis décide "au mieux".

Et qu'en est-il pour les compagnies aériennes low cost ? Elles ont les mêmes obligations de sécurité. Et comme leurs trajets sont courts, il y a toujours un aéroport à proximité. EasyJet ne propose que des vols sur le continent européen qui ne dépassent pas 1 h 30. En cas de doute sur l'état de santé d'un passager, la réaction du commandant de bord est immédiate, il pose l'avion. C'est un avion, pas un hôpital.

Notre conseil : Avant de partir, assurez- vous que la compagnie aérienne que vous pourriez emprunter n'est pas interdite en Europe.

Quelle procédure « malade à bord » ?

1.     Vous ne vous sentez pas bien ?

Appelez l'hôtesse. « On discute avec le passager, on lui donne un verre d'eau, on le rassure tout en l'observant », explique cette cheffe de cabine. Le personnel de cabine est responsable des premiers secours prodigués à bord. Il analyse s'il est en mesure de les assurer.

2.     L'équipage sait vous porter secours

Les troubles digestifs bénins, les intoxications alimentaires ou les vertiges dus à des levers trop rapides sont fréquents. L'équipage sait les repérer et les traiter grâce à la trousse de premiers secours. Il est aussi capable d'immobiliser un membre fracturé ou de réaliser un massage cardiaque.

3.     Le problème dépasse les compétences de l'équipage

Le chef de cabine en réfère au commandant de bord. Celui-ci lance un appel : « Y a-t-il un médecin dans l'avion ? » Dans plus de 80 % des cas, un médecin passager est à bord des longs courriers.

Après avoir vérifié sa carte professionnelle, le commandant de bord lui donne accès à la trousse médicale d'urgence. Cependant il est importants de préciser que ces incidents n’arrivent que très rarement.

4.     Un médecin vous examine

Il agit sous couvert des assurances de la compagnie. S'il n'est pas sûr de son diagnostic, il peut utiliser le téléphone satellite présent dans les avions longs courriers afin d'entrer en contact avec le Samu (ou un service d'urgence équivalent). Cette triangulation entre le commandant de bord, le médecin et les centres médicaux au sol est très importante pour prendre la meilleure décision thérapeutique. Après avis médical, le commandant de bord décide si le passager est soigné ou non dans l'avion

5.     En cas de doute sur votre état de santé

Le commandant de bord déroute l'avion. Et cela arrive tous les jours ! « Évidemment, on préfère continuer le vol, mais on ne prend vraiment pas de risque », raconte un pilote. L'aéroport d'atterrissage est en fonction des hôpitaux accessibles dans la région et de leurs spécialités. À l'étranger, les pilotes visent les capitales. Sur la piste, au pied de l'avion, une ambulance vous attend.

La trousse médicale d'urgence

Elle contient un tensiomètre, un stéthoscope, des seringues et des aiguilles, des garrots et des médicaments sur prescription (vasodilatateur, antispasmodique, dilatateur bronchique, anticonvulsif, analgésique puissant, diurétique, antihistaminique, préparation hypoglycémique, sédatif...).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires