Désensibilisation : pour quelles allergies ?

Allergie Pollen Rhume
Cette méthode est un excellent moyen pour traiter des allergies qui peuvent parfois être graves.

À qui est-elle réservée ?

La désensibilisation est proposée aux personnes très gênées par des allergies à des substances inhalées (pollens, acariens, poils de chats...) malgré le suivi d'un traitement médicamenteux (antihistaminiques, cortisone inhalée). Elle est indispensable chez des personnes victimes de manifestations allergiques graves (chocs anaphylactiques), après une piqûre d'abeille par exemple.

Pour l'instant, elle n'est pas indiquée dans les allergies alimentaires, ni les eczémas allergiques de contact. La désensibilisation est déconseillée chez les enfants de moins de 5 ans, et en général chez les adultes au-delà de 50 ans.

Comment procède-t-on ?

Au préalable, des tests cutanés, associés à un dosage dans le sang des anticorps spécifiques de l'allergie (les immunoglobulines E ou lg E), permettent de confirmer le diagnostic et de repérer l'allergène responsable.

Dans la première phase, l'ascension, des doses croissantes d'allergènes sont injectées sous la peau en présence d'un allergologue, à raison d'une à deux doses par semaine, pendant un à deux mois. Une fois que la dose maximale tolérée a été déterminée, on passe à la seconde phase : l'entretien. On injecte alors cette dose maximale environ tous les mois, pendant au moins trois ans.

Une désensibilisation par voie sublinguale (sous la langue) est parfois proposée. Mieux tolérée, cette méthode pourrait néanmoins s'avérer moins efficace.

Pour les venins, on pratique plutôt une désensibilisation "accélérée" en un à deux jours pour atteindre rapidement la dose d'entretien.

Pour éviter les erreurs de doses et noter les éventuelles réactions, un carnet de suivi du traitement, tenu à jour par le médecin, doit être remis au patient.

Ça marche bien ?

La désensibilisation fonctionne très bien contre les allergies aux pollens, aux acariens, à certaines moisissures et aux piqûres d'hyménoptères.

Attention ! Une désensibilisation réussie ne signifie pas forcément l'arrêt total des traitements classiques contre l'allergie.

Quels sont les risques ?

Une urticaire peut survenir à l'endroit de la piqûre. Les réactions graves sont rares si la désensibilisation est faite sous le contrôle d'un allergologue. Par prudence, le patient doit rester au moins 20 minutes dans le cabinet après toute injection.

À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.