Les plantes dépolluantes : ça marche vraiment ?

Dracanea Plante Depolluante
Face à la pollution de l’air dans nos maisons, l’influence des plantes d’intérieur n’est pas aussi forte qu’espérée. Elles ont tout de même un rôle à jouer.

Des plantes pour dépolluer nos intérieurs, comment ?

Difficile de s'en rendre compte mais nos intérieurs douillets sont pollués, parfois bien davantage que l'air extérieur.

Parmi les polluants les plus courants, on trouve le formaldéhyde, les composés organiques volatils (COV) comme le benzène ou le monoxyde de carbone, ainsi que les moisissures et les allergènes en tout genre. Bref, un peu de tout, et en quantités suffisantes pour déclencher ou aggraver maladies chroniques et allergies respiratoires. Leur origine ? Des peintures, vernis, colles, revêtements plastiques, produits de bricolage, fumée de cigarette, de bougies ou d'encens, appareils de chauffage au gaz et chauffe-eau mal réglés...

Philodendron Plante Depolluante
Certaines plantes d'intérieur, comme le philodendron, pourraient absorber les polluants. © istock

Il existe diverses solutions pour dépolluer son intérieur, la plus simple étant de bien aérer en ouvrant les fenêtres une dizaine de minutes chaque jour. Une autre serait de placer certaines plantes d'intérieur, capables d'absorber ces polluants. Plus d'une quarantaine de plantes dites dépolluantes sont vendues sous cette étiquette, mais qu'en est-il vraiment ?

Plantes dépolluantes : des effets reconnus en laboratoire

En France, entre 2004 et 2011, plusieurs laboratoires se sont associés avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) pour fonder le programme de recherche Phyt'air et étudier la phytoremédiation, c'est-à-dire la dépollution par les plantes. Les chercheurs ont mis des quantités importantes de substances toxiques en présence de quelques plantes très courantes. Il ressort de ces études qu'en laboratoire :

  • L'aloès et le cyclamen captent le formaldéhyde.
  • L'azalée élimine l'ammoniac.
  • Le pothos (Scindapsus aureus), la plante araignée (Chlorophytum), le dragonnier (Dracaena) et la fougère de Boston absorbent efficacement le monoxyde de carbone.
  • Le pothos capte aussi le toluène.
  • Le philodendron, l'anthurium captent certaines matières présentes dans les produits ménagers.
  • Le dragonnier est dépolluant pour le trichloréthylène.
  • Le gerbera, le lierre, le chlorophytum absorbent le benzène.

Ces résultats changent avec les plantes en pot, comme on a chez soi, c'est-à-dire dans des volumes plus grands que ceux des tests.

Chlorophytum Plante Depolluante
© istock

Ces plantes captent le gaz carbonique

Dans une pièce de vie, lors des expériences en conditions réelles d'exposition, l'épuration de l'air par les plantes seules fonctionne très peu. Leur rendement est insuffisant, à moins d'en placer non pas une dizaine en pot dans chaque pièce, mais plutôt une mini-forêt, avec des plantes en pleine terre.

Reste que les plantes peuvent constituer un complément intéressant. D'abord, on sait qu'elles aident, le jour, à renouveler l'air en captant le gaz carbonique et en rejetant de l'oxygène. Ensuite, elles pourraient aider à dépolluer en étant sous la forme de cloison filtrante.

Les chercheurs se sont aperçus que c'est l'association de la plante avec son support, c'est-à-dire la terre et ses micro-organismes, qui capte le plus de polluants. Il existe déjà des dispositifs de "biofiltration", basés sur le passage forcé de l'air pollué à travers la terre et les racines des plantes.

Cela est surtout possible avec les murs ou parois végétales, le pot permettant la biofiltration, mais à bien plus petite échelle et, surtout, de façon passive donc assez peu efficace.

D'une manière générale, les substrats riches en matière organique ont de meilleurs rendements que les substrats qui en sont pauvres. Le bémol ? On manque pour l'instant de Preuves formelles sur leur efficacité et leur performance. On en saura plus dans un an après les expérimentations menées par quelques laboratoires. L'une d'elles va mesurer l'efficacité d'un panneau mural comportant 48 plantes dépolluantes. En attendant, n'oublions pas que les plantes vertes, quel que soit leur effet dépolluant, ont des vertus apaisantes. Leur présence diminue le stress et induit un sentiment de bien-être chez la majorité des gens.

À lire également : Toutes les méthodes antistress ont un intérêt

Allergiques : attention !

  • Des symptômes allergiques peuvent survenir avec le Ficus benjamina, le cactus de Noël, le yucca, le poinsettia et certaines variétés de cyclamens.
  • La moisissure dans la terre des pots et les produits d'entretien des plantes sont sources d'allergies.
  • Avec des enfants en bas âge, évitez certaines plantes toxiques en cas d'ingestion telles que le Dieffenbachia ou la Datura.

À lire aussi : Les plantes adaptogènes pour lutter contre le stress

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.