Le scanner : une technique avancée de radiologie pour le suivi médical

Scanner Examen
Le scanner est une technique avancée de radiologie qui utilise les rayons X conjointement avec un ordinateur pour produire des images détaillées en 2D ou 3D des tissus mous, des os et des autres structures anatomiques. Cet examen, essentiel pour diagnostiquer et suivre diverses maladies et blessures, se pratique généralement dans des hôpitaux, cliniques ou centres d’imagerie médicale. Pour une expérience optimale, il est important de suivre certaines recommandations préalables. Il est également utile de connaître les potentiels effets secondaires et contre-indications associés à cette procédure.

Depuis quand existe-t-il ?

Le scanner a été mis au point en Grande-Bretagne en 1971. En France, nous sommes passés de 59 scanners en 1984 à 757 en 2024.

Quel est son principe ?

Le scanner intègre les données de la radiologie par la rotation d'un faisceau de rayons X autour du corps et reconstruit les images sur un écran, grâce à un traitement par ordinateur, afin d'obtenir des coupes transversales d'une partie donnée du corps. Les images ainsi obtenues sont plus précises car on évite la superposition des tissus.

Quelles indications ?

Le scanner abdominal et pelvien se pratique souvent en seconde intention après l'échographie pour vérifier s'il n'y a pas de kyste ou de tumeur, ou encore la nature de ceux-ci au niveau du foie, du pancréas, de la rate, de la vessie, du rectum, des organes génitaux, etc.

Le scanner thoracique permet, après une radiographie classique, d'avoir des images beaucoup plus précises des poumons, des bronches ou de l'espace compris entre les poumons (médiastin).

Le scanner cérébral vient vérifier une anomalie vasculaire ou une tumeur cérébrale. Après un traumatisme crânien, il décèle d'éventuelles lésions osseuses et/ou cérébrales.

Le scanner rachidien : Si aucun traitement ne vient à bout de problèmes liés à la colonne vertébrale, il est possible d'envisager un scanner pour visualiser une compression d'une racine, par exemple, montrant une hernie discale ou le rétrécissement du canal de la colonne vertébrale par de l'arthrose.

Que faut-il faire avant ?

Un produit de contraste iodé est parfois injecté par voie intraveineuse pour améliorer la qualité de l'image de certains organes et étudier leur vascularisation. Dans ce cas, il faut être à jeun et n'avoir ni bu ni fumé depuis six heures. Pour un scanner abdominal, il faut boire le produit de contraste la veille ou quelques heures avant l'examen afin d'opacifier le tube digestif.

Une prémédication est recommandée trois jours avant l'examen chez les allergiques à l'iode.

En résumé, radiologie, échographie, écho-doppler sont des techniques qui sont arrivées à l'ère de la maturité. Le scanner a permis des progrès considérables. Dans les cinq ans à venir, le scanner hélicoïdal permettra d'étudier le foie dans son ensemble en 15 secondes. Quant à l'I.R.M., de création plus récente, elle va évoluer de façon importante. Mais il ne faut pas oublier que toutes ces techniques de plus en plus sophistiquées demanderont à ceux qui les pratiquent un apprentissage et une expérience particulières.

À lire également :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires