Au ski : comment bien choisir de bonnes lunettes solaires ?

femme avec des lunettes de soleil au ski
Avant de partir glisser sur les pistes damées, pensez à vous protéger des U.V, très dangereux pour la santé de vos yeux.

Le cocktail "soleil-neige-altitude" ne fait pas bon ménage avec les yeux. L'œil est un organe fragile, qu'il faut protéger des ultraviolets (U.V.), rayons totalement invisibles émis par le soleil. Ceci est particulièrement vrai à la montagne, car plus on monte en altitude, plus leur rayonnement est important.

La quantité d'U.V. augmente de 10 % tous les 1000 mètres. Par ailleurs, même par temps couvert, les U.V. se réfléchissent sur le sol. Alors que l'eau ne réfléchit que 5 % des U.V. et le sable 20 %, la neige en réfléchit jusqu'à 85 %. Ces deux facteurs - altitude et réverbération - augmentent considérablement à la montagne la quantité d'U.V. à laquelle vous exposez vos yeux.

Pourquoi protéger ses yeux ?

En cas d'absence de protection solaire et lors d'exposition intense, les U.V. risquent de provoquer une brûlure au niveau de la cornée, la première couche protectrice de l'œil. Ce coup de soleil oculaire, appelé ophtalmie des neiges, ne provoque sur le moment aucun trouble.

Ce n'est que 6 à 24 heures après la surexposition qu’apparaissent les premiers symptômes : sensation de grain de sable sous les paupières, rougeur des yeux, gonflement des paupières, larmoiement, troubles de la vision pouvant aller parfois jusqu'à une cécité transitoire.Une ophtalmie ponctuelle n'est pas grave en soi, mais elle est douloureuse et oblige à quelques mesures indispensables. Elle peut aussi poser des problèmes à ceux qui participent à une balade en montagne de plusieurs jours.

Attention : Des études ont montré que l'exposition répétée des yeux aux U.V favorise, à long terme, certaines pathologies oculaires comme la cataracte.

Les critères de sélection

Choisir de bonnes lunettes est la seule manière de protéger vos yeux. Mais il ne suffit pas de porter n'importe quel modèle. Le choix doit répondre à des critères stricts pour apporter une protection efficace. Choisir une couleur de verres sombre (brun-marron ou vert) n'est pas suffisant. Un verre teinté empêche d'être ébloui, mais ne filtre pas les U.V. La qualité de filtration des verres est donc le critère de choix le plus important. Pour être sûr de leur qualité, les impératifs

  • La norme CE, qui classifie de 0 à 4 le niveau de filtration des U.V. par les verres, doit apparaître sur les lunettes. Choisissez une catégorie 3, voire 4, pour les journées de grand ensoleillement. Les verres CE 4 équipent souvent les lunettes de "glacier".
  • Les verres doivent être très couvrants car 20 % des rayons atteignent l'œil en passant sur les côtés. Optez pour un masque de ski ou des lunettes de glacier.
  • Les traitements de surface des verres apportent une protection supplémentaire : l'effet miroir atténue l'éblouissement et l'antireflet la réflexion des rayons.

Que faire en cas d’ophtalmie des neiges ?

  • Repos dans le noir pendant 48 heures
  • Application d'eau froide sur les yeux et d'une pommade cicatrisante à base de vitamine A. En station, les pharmaciens de montagne connaissent bien l'ophtalmie des neiges et savent parfaitement quel collyre appliquer. Les collyres à base de corticoïdes sont formellement contre-indiqués, car ils peuvent entraîner une lésion de la cornée.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires