Vitamine K : zoom sur ses bienfaits

Vitamine K
Elle est indispensable à notre organisme, car elle joue un rôle dans la coagulation du sang.

À quoi sert-elle ?

C'est une des vitamines impliquées dans la coagulation sanguine. Elle intervient dans la fabrication, par le foie, des protéines participant à la formation d'un caillot de sang nécessaire à l'arrêt d'un saignement.

Elle joue aussi un rôle dans l'activation de nombreuses protéines, comme l'ostéocalcine qui permet de fixer le calcium sur les os. Une déficience en vitamine K pourrait d'ailleurs être associée à l'ostéoporose.

Elle est également très présente dans le caveau, intervenant dans la fabrication de ses membranes cellulaires.

Où la trouve-t-on ?

Elle est fabriquée à 70 % par des bactéries présentes dans le tube digestif. Les 30 % restants se trouvent dans l'alimentation, particulièrement dans les légumes à feuilles vertes. La vitamine K contenue dans la nourriture est absorbée par l'intestin grêle au moyen de la bile, puis stockée dans le foie.

Aliments Vitamine K
© istock

Les bébés sont souvent carencés

Durant la grossesse, la vitamine K traverse mal la barrière placentaire. Sa concentration dans le sang du fœtus est donc faible. De plus, à la naissance, les nourrissons ne possèdent pas les bactéries intestinales capables de la fabriquer. Enfin, le lait maternel en contient peu.

Pour toutes ces raisons, les bébés nourris au sein sont généralement supplémentés de 2 microgrammes de vitamine K par semaine.

Le risque de carence est encore plus grand chez les prématurés, car ils grandissent plus rapidement et ont donc des besoins accrus.

Des risques d'hémorragie

Les carences chez les adultes sont rares, l'alimentation couvrant les besoins journaliers. En revanche, des déficiences peuvent survenir, et donc des risques d'hémorragie, avec certains médicaments.

Ainsi, un long traitement antibiotique finit par détruire les bactéries productrices de vitamine K. Certains médicaments interfèrent avec la vitamine K provenant des aliments, comme l'huile de paraffine, les laxatifs et l'aspirine. Les traitements anticoagulants en comprimés (AVK), donnés après une embolie pulmonaire ou une phlébite, empêchent son activité.

Enfin, certaines maladies graves du foie (hépatite...) et une mauvaise sécrétion de bile dans l'intestin entraînent sa mauvaise absorption. Des injections de vitamine K quotidiennes sont alors prescrites.

Les signes d'alerte

  • Saignement d'une plaie qui ne s'arrête pas.
  • Saignement du nez et des gencives.
  • Règles anormalement abondantes.
  • Apparition d'hématomes ("bleus") sans cause traumatique.
  • Dans les cas graves, hémorragies digestives (sang dans les selles ou selles noires).

La bonne dose

  • Bébé : 0,01 microgramme/jour
  • Homme : 0,045 mg/jour
  • Femme : 0,035 mg/jour
  • Femme qui allaite : 0,055 mg/jour

Pour les femmes qui allaitent et les patients atteints de maladies perturbant l'absorption de la vitamine K, voici les aliments à privilégier : persil, tomates, légumes verts (épinards, chou-fleur, brocolis), œufs.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires