Chirurgie esthétique mammaire : bien choisir selon sa poitrine

Implants Mamaire Selon Taille Des Seins
Trop petits, trop bas, trop gros… Vos seins ne vous plaisent pas ? La mode est aux décolletés généreux. Mais si la chirurgie esthétique offre des solutions remarquables, il est important d’en connaître les atouts et les complications avant de vous décider. On vous aide a voir clair parmi les trois grands cas d’intervention selon le type de seins. 

Discuter avec le chirurgien : une étape essentielle

Disgrâce véritable ou défaut imaginaire, un chirurgien sérieux doit comprendre votre demande ; vous expliquer clairement ce qui est possible et ce qui ne l'est pas ; vous parler des difficultés et des complications éventuelles. N'hésitez jamais à lui poser toutes les questions qui vous préoccupent. Les meilleurs chirurgiens ne s'y dérobent jamais. C’est pour eux le gage que leur patiente est prête à accepter toutes les étapes de sa transformation. Conséquences comprises. Vous devez vous sentir à l'aise dans la discussion. Sachez que toute plastie mammaire se fait toujours sous anesthésie générale après un bilan préopératoire complet.

Si on ne vous le propose pas, allez voir ailleurs. Enfin, n'oubliez pas d'écouter les réponses que l'on vous fait... Vous éviterez les mauvaises surprises !

À lire aussi : Seins trop lourds : tout savoir sur la plastie mammaire

1. Quelle chirurgie pour des seins trop gros ?

Implant Mamaire Opération

La réduction mammaire est la seule opération qui permet de retirer à la fois une partie de la glande mammaire, de la graisse et de la peau. Le chirurgien peut être amené à retirer 1 à 2 kilos par sein.

A qui s’adresse l’opération ?

  • Aux jeunes filles de 16 à 20 ans qui vivent leur grosse poitrine comme un complexe traumatisant. Pour dissimuler leurs seins, elles se tiennent mal et ont souvent de sérieux problèmes de dos. Leur principale souffrance est d'ordre psychologique de toute façon.
  • Aux femmes d'âge mûr - 40 à 50 ans - ou à celles, plus jeunes, qui ont attendu d'avoir eu des enfants pour intervenir.

Leur motivation est énorme, dans les deux cas. Elles ne supportent plus leurs seins trop lourds à porter (douleurs aggravées avec l'âge par l'arthrose) ; ni leur image avec une poitrine qui leur tombe sur le ventre, ni cette impression de ne pouvoir s'habiller comme tout le monde.

De là à ne plus se supporter soi-même... C'est au chirurgien de bien expliquer non seulement les avantages mais aussi les inconvénients de l'opération. Le problème, c'est qu'elles sont si décidées qu'elles n'écoutent pas toujours les informations que leur donne le chirurgien.

Technique

La technique la plus utilisée est la réduction avec cicatrice en T inversé : l'incision est faite autour du mamelon, puis descend selon une ligne verticale sous le sein rejoindre une ligne située dans le sillon sous-mammaire. Selon l'importance de la glande, la quantité de graisse et de peau à retirer, la taille de la cicatrice n'est pas la même. Plus on coupe, plus la cicatrice est longue.

Dans le cas de jeunes filles qui développent une hypertrophie très importante, il est parfois intéressant d'intervenir avant que le sein ne soit énorme et tombant. Dans ce cas, la cicatrice, située dans le sillon sous-mammaire, sera courte.

Mais, s'il s'agit simplement d'une poitrine un peu forte, et si le retentissement psychologique est moyen, attendre la fin des grossesses est une solution qui peut être sage.

Bon à savoir : Les techniques traitant le souci uniquement avec une cicatrice circulaire autour de l’aréole sont uniquement réservées aux très petites ptoses : ce n’est que très rarement conseillé dans d’autres cas.

Ce qu’il faut savoir

  • Vous devez compter 24 à 48 heures d'hospitalisation.
  • La convalescence dure environ un mois.
  • Le temps d'arrêt de travail est au minimum de 3 semaines.
  • Attendre au moins un mois pour la reprise d'une activité sportive.
  • Dans certains cas de seins très "gras", on peut associer une liposuccion pour aspirer la graisse. Mais elle est rarement faite de façon isolée.
  • Si l'opération est réalisée avant une grossesse, l'allaitement sera possible, mais seulement pour certaines femmes. Cette question doit, bien entendu, être envisagée avant l'intervention.

2. Quelle chirurgie en cas de seins trop petits ?

Implants Pour Petits Seins

Environ 400.000 et 500.000 femmes auraient des seins refaits au gel de silicone. L'augmentation mammaire est une technique bien au point depuis bientôt cinquante ans.

À qui s'adresse l'opération ?

  • Aux femmes qui voient leur glande mammaire fondre après un allaitement. (Par ailleurs, ce type d'intervention n'empêche pas l'allaitement).
  • A celles qui n'ont jamais eu de poitrine et qui ne le supportent plus.
  • A toutes celles qui rêvent d'une poitrine de star de cinéma. Les seins sont une part intégrante de la sexualité féminine. Ne pas en avoir (assez ?) peut être mal vécu.

Mais, si elle peut nous rendre plus séduisante en contribuant à nous redonner confiance dans notre image corporelle, les pouvoirs de la chirurgie esthétique s'arrêtent pourtant là. Aucun chirurgien ne pourra jamais faire revenir un mari parti et encore moins faire le bonheur des gens à leur place.

Mais elle y participe et c'est déjà beaucoup.

La technique

Il n'y en a qu'une. Il s'agit d'implanter une prothèse, soit gonflable, soit remplie de silicone, par une incision sous le bras ou autour de l'aréole.

  • Le chirurgien place la prothèse dans une loge faite devant le muscle pectoral, ou derrière quand la patiente est très maigre. Le muscle sert alors de rembourrage.
  • Le choix du volume est à discuter, à partir de photos, par exemple. En tenant compte de la largeur de vos épaules et de votre thorax.
  • La forme finale dépend aussi du reste de votre morphologie. La forme en "pomme" est la plus courante.
  • L'anesthésie générale dure une heure environ.
  • 24 heures d'hospitalisation.
  • Reprise du sport au bout d'un mois.

Les prothèses de silicone

Ce sont les plus utilisées. Des millions de femmes en portent dans le monde. Depuis l'apparition des prothèses à paroi irrégulière, elles ont fait de grands progrès. Leur enveloppe est soit en polyuréthane, soit en silicone à texture rugueuse.

Les complications

Ce n'est pas systématique, mais il se forme parfois une "coque" autour de la prothèse. Cette coque tend à durcir le sein, cela pour des raisons que l'on ignore encore aujourd'hui. Avec les nouvelles prothèses, ce risque de coque est passé de 50 à 5 % en dix ans.

Autre complication, heureusement plus rarissime : en cas de choc violent, la prothèse peut se rompre. Le gel de silicone migre dans le tissu sous-cutané, sans qu'on puisse le récupérer.

3. Quelle chirurgie pour des seins tombants ?

Chirurgie Mammaire Pour Seins Tombants

Le remodelage des seins, en cas de ptose (seins qui s'affaissent), est une technique qui emprunte un peu aux deux cas de figures précédentes.

À qui s'adresse l'opération ?

  • Aux femmes qui ont subi un amaigrissement important. A celles qui, après une grossesse, ont vu leurs seins "fondre" subitement. C'est aussi le cas des femmes âgées de 35/40 ans, dont le corps et le visage sont restés très jeunes et dont, seule, la a vieilli plus vite que le reste.

La technique

En cas de petite ptose, si la quantité de peau à retirer est faible, on se contente d'une cicatrice périaréolaire (autour du mamelon). Cette technique est parfois appelée "round block". Plus la ptose est forte, plus importante est la cicatrice : périaréolaire associée à une verticale ou à T inversé.

  • L'intervention dure environ deux heures.
  • La convalescence, une semaine.
  • On peut reprendre le sport au bout d'un mois et demi.

Ce qu'il faut savoir

  • La cicatrice périaréolaire est couramment pratiquée mais uniquement dans les cas de petite moyenne ptose ou réduction. Elle est souvent associée à une cicatrice en T inversé dans les autres cas. Un chirurgien qui pour plaire à sa cliente - la ferait à mauvais escient, prendrait le risque de complications inesthétiques et difficilement rattrapables : mamelons placés trop au centre ou à des hauteurs différentes, ou seins prenant une forme aplatie.
  • Pour augmenter le volume tout en corrigeant la chute du sein, il est possible d'associer prothèse et plastie.
  • L'intervention n'empêche pas l'allaitement.

Quels prix, à qui s’adresser ?

Les prix sont très variables selon le type d’intervention. Demandez plusieurs devis ! Comptez entre 3500 à 5000€ pour une augmentation mammaire (tous frais confondus).

Dans certains cas la réduction mammaire, la prise en charge par la Sécurité sociale est possible.

Si vous doutez des compétences d'un chirurgien, adressez-vous au Conseil de l'Ordre des médecins de votre département.

Votre médecin traitant peut faire cette démarche pour vous. Demandez-lui son avis.

Des cicatrices plus belles bien mieux maitrisées de nos jours

Les chirurgiens parlent volontiers de "rançon cicatricielle". Plus au moins visibles, plus Ou moins grandes, les cicatrices Sont toujours le prix à payer. La règle est simple : les cicatrices sont inévitables, mais elles peuvent être belles. C'est-à-dire les plus fines et linéaires possibles, au point de devenir invisibles.

Bien soigner ses seins

Aujourd'hui, la technique de suture est acquise. Tout dépend, ensuite, de l'assiduité que l'on met à "soigne"' la 'cicatrice elle-même. La cicatrice est quelque chose de vivant qui évolue dans les six premiers mois. Elle n'est définitive qu'au bout d'un an environ. II faut l'examiner tous les mois et, si nécessaire, l'entretenir par différents traitements post-opératoires (pansements compressifs, massages, crèmes).

La région des seins ne cicatrise ni bien ni mal (contrairement au visage qui cicatrise bien), raison de plus pour suivre la cicatrisation avec attention.

Ne pas tricher

Un chirurgien ne doit jamais tricher sur la cicatrice. S'il triche (en la faisant plus petite, par exemple), c'est au détriment du résultat. Trop courte, elle a toutes les chances de "tirer", de mal évoluer et, finalement, de se voir davantage par la suite.

Visualiser

Avant de vous décider, demandez au chirurgien de vous tracer en pointillés votre future cicatrice. Cela vous aidera à visualiser le résultat.

6 réactions à "Chirurgie esthétique mammaire : bien choisir selon sa poitrine"

  • Je n’avais pas de seins du tout, j’étais complètement plate. Ce qui ne m’a pas empêchée d’avoir mes trois filles. C’est justement quand elles ont commencé a avoir plus de poitrine que moi, à l’adolescence, que je me suis décidée. Mon mari m’a laissée faire, mais il était contre. II aimait ce côté androgyne à la Jane Birkin. Je l’ai fait pour moi seule. J’ai exactement ce que je voulais. Je suis passée d’un petit 75 à un 90. Le résultat est naturel et discret, je me sens bien et je m’étonne de voir à quel point ça compte pour moi. J’ai pourtant petite vie paisible… Pour être honnête, je dois dire que je ne m’attendais pas à un tel résultat… Ces prothèses-là datent de 2007, elles vieillissent bien. Maintenant, j’ai une petite cicatrice de 3 centimètres sous bras.

    • Merci pour ce retour !

  • Merci pour cet article ! Très juste.
    Je me suis fait opérer en 2000 et je peux dire que ce chirurgien m’a sauvé la vie. A l’époque, j’avais 25 ans et ma poitrine était comme morte. Elle ne faisait absolument pas partie de moi. Déjà, au départ, je n’en avais pas beaucoup. Pendant ma grossesse, je suis passée de 75 à 100. Et après ma grossesse, tout est parti d’un coup. Je l’ai vécu comme un drame. Mon mari était archi-contre, mais je voyais bien qu’il se retournait sur les filles qui avaient des seins. Je me suis décidée malgré lui et je ne l’ai jamais regretté. Je ne dirais pas que j’ai une poitrine de rêve, mais elle est belle.
    Pourtant, j’ai eu des coques dures dès le début (à l’époque, c’était encore d’anciens modèles de prothèse). De temps en temps, je sens quelque chose de dur au toucher, mais il n’y a que moi pour le sentir. Un des deux mamelons est davantage tourné vers l’extérieur, mais ce n’est pas grave, car je suis seule à voir ces défauts.

    • Merci pour ce retour !

  • Je me suis fait opérer il y a deux mois. J’avais une très grosse poitrine (un 115). Je fais maintenant un 95. Pour moi, tout a changé, je peux marcher, courir. Je me suis redressée. Il faut être passée par là pour comprendre le cauchemar que l’on vit. Depuis l’âge de 11 ans, j’ai eu cette poitrine, je ne pouvais rien faire comme les autres. J’ai dû cesser la gymnastique, la natation. Je n’osais pas regarder les garçons. Aujourd’hui, mes amis disent qu’ils me trouvent courageuse d’avoir fait ça. Mais c’est “avant” qu’il me fallait du courage pour vivre avec mon handicap. J’ai eu la chance d’être soutenue par ma mère, elle m’a toujours comprise. Au bout de deux mois, tout va bien.
    Les cicatrices sont un peu rouges, mais elles sont fines. Mes seins ont pris leur volume définitif au bout d’un mois. Juste après l’opération, j’ai eu assez mal pendant une semaine. Je prenais des anti-douleurs et je dormais beaucoup, mais vraiment, à côté de la joie du résultat, ce n’est rien.

    • Bravo, il a du falloir du courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires