Comment aider son ado à surmonter le trac ?

Ado Trac Stress Examen
Avoir le trac peut s’avérer handicapant lors d’un examen. Vous pouvez aider votre ado à le surmonter.

Qui n'a pas pâli ou rougi devant l'examinateur lors d'un oral, n'a pas vu sa main trembler au moment de tenir son stylo, et n'a pas souhaité en finir avec cette épreuve ?

Les symptômes du trac (palpitations, tremblements, vertiges, pâleur, rougeur, transpiration...) peuvent s'avérer gênants. Mais avoir le trac est tout à fait normal, c'est plutôt ne pas l'avoir qui serait étrange.

La première cause est le conditionnement : dès les petites classes, les enfants lisent des poésies devant tout le monde, ce qui n'est pas facile sans préparation émotionnelle. Puis, les situations de performance s'associent à l'anxiété, à la peur de ses symptômes et de ce que les autres vont penser.

Adolescent Surmonte Trac
© istock

Ne pas mettre la pression

Les parents peuvent involontairement accentuer le trac de l'ado en le complimentant exagérément ou, à l'inverse, en lui laissant entendre qu'ils n'ont pas confiance en ses capacités.

Trouver un juste milieu entre ces attitudes est un bon début. Dédramatiser, en expliquant que rater un examen n'est pas catastrophique, permet de faire baisser la pression.

Dans tous les cas, se mettre à l'écoute de son enfant, lui proposer un soutien, sans insister sur le sujet, va l'apaiser. Les parents doivent avoir à l'esprit que, à l'occasion d'examens importants, l'ado anxieux aura tendance à les provoquer davantage.

Il ne faut pas l'oublier en cas de conflit dans ce contexte : mieux vaut ignorer ses provocations, y réagir ne ferait qu'envenimer la situation.

À lire également : Éducation : L'autorité est-elle nécessaire à l'adolescence ?

Ado Stress Examen Trac
© istock

Se préparer pour le jour "J"

Bien sûr, avoir travaillé à l'avance permet d'être plus sûr de soi. Les parents peuvent suggérer à l'enfant de passer sa dernière soirée au calme, sans réviser jusqu'à la dernière minute, ce qui peut éviter la confusion.

Pendant un examen, le plus important pour l'ado est d'apprendre à ne pas aller trop vite : se relaxer en respirant profondément, prendre le temps de bien lire le sujet. Si l'on se précipite, de toute façon, ça ne marchera pas, alors autant faire le choix du moindre mal.

Mieux vaut aussi éviter de se dire "Il faut absolument que j'y arrive", et préférer le « Je fais ce que je peux pour y arriver ». On est plus performant dans l'instant : il ne faut pas penser aux échecs passés ou aux conséquences futures d'un possible revers.

Les médicaments ne sont efficaces que dans des cas particuliers, ils ne doivent être employés que sur prescription d'un médecin, et les excitants (café, thé, alcool... ) doivent être bannis.

QUAND C'EST PATHOLOGIQUE

Cette anxiété peut devenir pathologique. Il s'agit d'une phobie sociale, qui touche moins de 3 % de la population. Principal signe de reconnaissance : l'ado évite les situations où il pourrait avoir le trac (en tombant malade au moment des examens, en refusant de parler en public), au point d'être entravé dans ses études. Si cette attitude dure plusieurs mois, mieux vaut consulter un psychiatre ou un thérapeute comportemental.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.