Colique chez le nourrisson : symptômes et astuces pour la calmer

Colique Bébé
Au début de la vie de bébé, il est très courant qu’il soit atteint par ce qu’on appelle la colique du nourrisson. Ce phénomène se manifeste durant ses premiers mois. Bien qu’il ne soit pas inquiétant, il est important de le comprendre et de savoir que faire pour aider votre bébé à se calmer. Explication.

Qu'est-ce que la colique chez le bébé ?

La colique du bébé touche à peu près 20 % des nourrissons. Elle se manifeste par des pleurs intenses et réguliers, parfois inconsolables, qui surviennent minimum 3 heures par jour, au moins 3 jours par semaine, et pendant plus d’une semaine chez les bébés de moins de 4 mois. Ces pleurs sont reconnaissables puisqu’ils interviennent généralement au même moment de la journée, souvent l’après-midi ou le soir.

Est-ce grave pour un bébé ?

Ces pleurs sont loin d’être un phénomène grave puisqu’il ne s’agit pas d’une maladie. Il n’y pas de cause médicale derrière ces crises de larmes. En revanche, elles traduisent un réel inconfort chez le bébé. Il faut également se rappeler que pour les nourrissons, les pleurs sont la seule façon de communiquer. Néanmoins, pour voir le côté positif de ce comportement, il signifie que votre bébé est en bonne santé. Eh oui, car le bébé qui a des coliques ne vomit pas, a de bons réflexes de succion, boit bien, etc. Il ne présente pas de fièvre et ses selles sont normales. La courbe de poids et de croissance de ces nourrissons est généralement très satisfaisante.

Les symptômes

Outre les pleurs très récurrents, les bébés qui ont des coliques peuvent serrer les poings, avoir le visage rouge. Il peut également raidir les muscles des jambes ou du ventre, avoir des gaz, le ventre dur ou arquer son dos pendant les crises. Le seul symptôme commun chez tous les bébés qui ont des coliques ce sont les pleurs incessants et fréquents.

Le diagnostic

Le diagnostic de ce comportement se fait souvent sur la règle des trois heures par jour, trois jours par semaine, et plus d’une semaine. Cependant, des bébés peuvent avoir des coliques sans pleurer trois heures par jour, mais tous les pleurs ne sont pas les signes d’une colique. Pour en être certains, beaucoup de parents inquiets consultent le médecin pour avoir une confirmation et écarter toute cause grave. En effet, des reflux gastriques, une otite ou d’autres maladies peuvent également être la cause de pleurs de bébé.

Les causes

L’origine des coliques reste un grand mystère. Il y a quelques pistes d’explication sur le sujet, mais elles sont loin de faire consensus dans le corps médical.

1. Allergies et habitudes alimentaires

Selon certaines études, les bébés allaités par la mère sont moins sujets à ce phénomène que les bébés allaités par du lait de vache commercial. Cela serait lié à une intolérance voire une allergie aux protéines bovines contenus dans le lait. Cependant, les allergies sont souvent accompagnées d’autres symptômes et seulement 2 à 3 % des bébés sont allergiques à ces protéines. Si cela est avéré, la mère doit opter pour un lait hypoallergénique.

L’alimentation de la mère qui allaite pourrait également influencer ce phénomène et requiert qu’elle change ou supprime certains aliments. Attention tout de même, le changement de régime alimentaire chez la mère peut entraîner des carences chez le bébé.

2. Fragilité et immaturité du système digestif

Selon certains médecins, les pleurs du bébé seraient causés par des douleurs intestinales. Son fonctionnement et son développement ne sont pas encore totalement aboutis, ce qui le rendraient fragile à la digestion. D’où le fait que les nourrissons aient des gaz ou replient leurs jambes sur le ventre. Des études montrent que la flore intestinale des bébés touchés seraient particulières. Ils pourraient également être victimes de bactéries qui se développement dans leurs intestins.

3. Excès de stimulation

Une autre cause possible des coliques seraient un excès de stimulation sensorielle qui entraînerait une grosse fatigue chez le nourrisson. Vous pouvez tenter de maintenir votre bébé dans un environnement calme et apaisant en réduisant les bruits et la luminosité.

Les causes de coliques restent encore inconnues. Certains pensent qu’il s’agit de douleurs de tête car beaucoup de mères atteintes de migraines ont des bébés avec des coliques. D’autres invoquent un besoin d’être rassuré ou une angoisse du soir. Il n’y pas de certitude. Donc avant de prendre des décisions, comme un changement d’habitudes alimentaires, par exemple, consultez votre médecin.

Les traitements

N’ayant pas de cause certaine, les coliques du bébé ne peuvent pas être soignées avec un traitement médical traditionnel. À moins qu’une allergie ait été detectée, la seule chose à faire est d’adapter son comportement et pratiquer des soins qui aident bébé à s’apaiser.

Comment prévenir la colique ?

Idem. Puisque la cause de ce syndrome est inconnue et survient de façon assez aléatoire chez les nourrissons, il n’est pas possible de la prévenir.

Quand consulter le médecin ?

Lorsque vous soupçonnez votre bébé d’avoir des coliques, il est préférable d’aller consulter le médecin pour vérifier qu’il ne s’agisse pas d’un autre problème.

Votre bébé pleure de façon inhabituelle ou les symptômes ne correspondent pas à ceux d’une colique. Il est préférable de consulter dans le cas où :

  • votre bébé pleure beaucoup dès ses premiers jours ;
  • les pleurs de votre enfant ne diminuent pas après le 3e mois ;
  • les pleurs augmentent après sa 8e semaine ;
  • les crises de larmes ne se produisent pas à des horaires réguliers ou ne sont pas plus intenses vers la fin de la journée ;
  • ses pleurs surviennent toujours après le biberon ou la tété ;
  • si votre enfant montre des signes de malnutrition, ne s’alimente plus, ne prend pas de poids ou si ses pleurs sont accompagnés par des régurgitations ou des vomissements.

Peut-il y avoir des complications ?

Avoir un nourrisson qui a des coliques ne doit pas devenir une source d’inquiétude car elles sont bénignes et passent toutes seules au bout de 3 à 4 mois. Elles durent parfois jusqu’à 6 mois et finissent par s’estomper sans aucun traitement.

Comment surmonter les coliques de bébé en tant que parent ?

Lorsqu’un bébé a des coliques, s’en occuper peut rapidement devenir épuisant pour les parents. Si votre bébé pleure et que vous n’arrivez pas à le calmer, il est normal de sentir impuissant et en colère. Cela n’a rien à voir avec le fait que vous soyez un mauvais parent. Les coliques chez le bébé peuvent effectivement dégrader les relations parents-enfant et dans certains cas mener à une dépression chez la mère.

Il est important d’être calme lorsque vous vous occupez de votre enfant car beaucoup de cas de maltraitance du nourrisson sont causés par une détresse parentale, notamment dans les cas de bébés secoués. Lorsque vous sentez que vous perdez patience, reposez votre bébé et sortez de la pièce un instant, le temps de vous calmer et de reprendre le contrôle de vos émotions. N’hésitez pas à de demander de l’aide à de la famille ou un ami si vous vous sentez submergé ou à bout de nerfs.

Comment apaiser son bébé en cas de coliques ?

Massage Ventre Bébé Colique

Il n’y a pas de cure magique pour soulager les coliques chez le bébé. D’autant plus que certains gestes fonctionnent sur certains bébés et pas sur d’autres. Voici quelques pistes pour vous aider à trouver le moyen d’apaiser votre enfant :

  • le garder dans un environnement calme et peu lumineux ;
  • réaliser des massages “anti-coliques” : cela consiste à masser le ventre de votre enfant dans le sens d’une aiguille d’une montre. Ils sont aussi bénéfiques pour les parents puisqu’ils se sentent utiles et connectent avec leur bébé. Vous pouvez accompagner ces massages de petits câlins pour rassurer votre enfant ;
  • bercer le nourrisson ;
  • porter le bébé dans un porte-bébé ou une écharpe prévue à cet effet ;
  • contrôler l’absorption d’air pendant les biberons ou les tétées. L’air dans le ventre pourrait être une cause d’inconfort intestinal ;
  • faire attention à ne pas suralimenter bébé ou à lui donner trop à boire ;
  • pour l’allaitement, il est préférable de n’utiliser qu’un seul sein par tétée ou le même sein pour deux tétées à la suite. Cela permet au nourrisson d’absorber le lait gras à la fin de la tétée qui permettrait de réduire, voire prévenir les coliques.

Homéopathie et coliques du bébé : que lui donner ?

Les médecins homéopathe peuvent prescrire à votre enfant quelques remèdes pour calmer les douleurs et les pleurs. S’il est de mauvaise humeur un peu de Chamomilla 9CH peut lui être prescrit. Pour les douleurs, ce sera plus du Colocynthis (3 granules, 2 à 4 fois par jour), du Dioscorea 5CH ( max 6 fois par jour), lorsque surviennent les coliques, ou du Cuprum 9 CH. Le Carbo Vegetabilis 7 CH peut aider à diminuer les rots et les gaz. Il est possible de cumuler les traitements.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires