Mononucléose : comment s’en sortir avec des traitements naturels ?

Mononucleose Virus
Due à un virus, cette infection entraîne de la fièvre et une fatigue importante. Des solutions naturelles existent pour récupérer plus rapidement.

Qu’est-ce que c’est ?

La mononucléose infectieuse (MNI) est due au virus d'Epstein-Barr, voisin de celui de l'herpès. Elle se transmet principalement par la salive on lui donne d'ailleurs le nom de « maladie du baiser ». Souvent contractée pendant l'enfance, elle passe généralement inaperçue.

À l'adolescence ou à l'âge adulte, la mononucléose provoque des fièvres parfois fortes et une fatigue accablante dues à une réaction immunitaire trop importante.

Les traitements allopathiques ne sont pas dirigés contre le virus lui-même, mais contre les symptômes, principalement la fièvre. Dans certains cas rares, la mononucléose entraîne une angine inflammatoire, avec des ganglions au niveau du cou, et même un gonflement de la rate. L 'administration de cortisone se révélera alors nécessaire. Contre la fatigue, certains médecins prescrivent des fortifiants, mais pas tous.

Cette fatigue tenace disparaît d'elle-même, souvent en quelques semaines. Parfois, elle persiste des mois et on évoque un état de fibromyalgie. Contre elle, la médecine traditionnelle semble un peu désarmée. Mieux vaut alors se tourner vers les médecines naturelles.

Mononucleose Virus Gorge
© istock

L'homéopathie à la rescousse

« L'homéopathie s'avère efficace aussi bien pour lutter contre le virus que pour stimuler l'organisme convalescent », affirme Dominic Jalin, médecin homéopathe.

Contre le virus de la mononucléose, le traitement homéopathique repose sur : Mercurius Cyanatus 5 CH (en cas d'amygdale à dépôt grisâtre) et Phytolacca 5 CH (en présence de dou- leurs musculaires ou d'une angine inflammatoire), à raison de 3 granules matin, midi et soir.

Durant la convalescence : China 9 CH (5 granules, matin et soir pendant 15 jours) qui viendra en aide aux patients exténués, pâles et vite hypotendus, avec des sensations de vertige. Natrum Muriaticum (9 CH, même posologie) sera administré en cas d'amaigrissement. Enfin, Calcarea Phosphorica (9 CH, même posologie) combattra la perte d'appétit, fréquente après une mononucléose.

Homéopathie Dents
© istock

À lire également : Prendre soin de toute la famille au naturel

La naturopathie en renfort

Pour lutter contre le virus et récupérer plus rapidement, rien de tel qu'une cure de revitalisation ! Tout d'abord, les naturopathes préconisent une alimentation hypotoxique, à base d'aliments crus : jus de légumes, graines germées, pollens frais... Des complexes antioxydants (à base de sélénium, de zinc... ) permettront aussi de réparer plus rapidement les dommages de la mononucléose.

Côté oligoéléments, le premier mois de l'infection, le complexe cuivre-or-argent renforcera l'immunité. Au deuxième et au troisième mois, le zinc et le magnésium faciliteront la convalescence.

L'huile essentielle de pin sylvestre en friction sur les pieds et les mains stimulera le tonus des glandes surrénales, très impliquées dans la récupération.

Enfin, des plantes aux propriétés anti-virales réputées, telles que la griffe du chat, l'astragale et l'échinacée, s'avéreront très efficaces pour "booster" l'immunité. « Outre ces remèdes et la cure de revitalisation, la relaxation et la sophrologie travailleront sur le moral et l'attitude positive, essentiels à la guérison », ajoute Daniel Loup, naturopathe.

À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.