Suis-je une mauvaise mère ? Comment arrêtez de culpabiliser ?

Mère Et Sa Fille
Vous vivez dans la crainte constante d’être une mauvaise mère ? Prenez la mesure des idées reçues, des conseils culpabilisants et écoutez votre bon sens !

C'est difficile d'être parent

VRAI

Comment ne pas douter de nos capacités alors que nous sommes noyés dans tous ces messages contradictoires dictés par la société : "Attention à l'alimentation de votre enfant, il risque de devenir obèse" "Si votre ado ne mange pas suffisamment, peut-être est-elle anorexique", "La télévision et les jeux vidéos éveillent les enfants, mais peut les rendre violents"...

C'est très dur d'être parent aujourd'hui. Beaucoup se demandent s'ils n'agissent pas mal sans le savoir, si une erreur pédagogique pendant l'enfance ne se répercutera pas à l'adolescence...

Conséquence : les consultations chez le psy explosent. Si parfois il faut traiter une vraie détresse, très souvent le psy a un rôle de tuteur chargé de donner des conseils d'éducation, de rappeler le rôle parfois difficile de parent et de rassurer.

Nos enfants manquent d'amour

FAUX

Soyez rassurés : les rapports avec nos bambins n'ont jamais été aussi passionnels et les enfants croulent sous les démonstrations affectives : écoute, tendresse, dialogue, partage autour de moments de jeux... Mais la question sous-jacente qui taraude les jeunes parents est : "Comment savoir si je les aime de la bonne façon ?"

Surinvestis dans leur rôle éducatif (la psychologie du développement de l'enfant n'a plus de secret pour eux), ils sont angoissés comme jamais à l'idée de mal faire. Les parents se posent sûrement trop de questions. Vouloir le bonheur de son enfant, c'est très bien. Mais il faut garder à l'esprit que cela passe principalement par le bonheur des parents à éduquer.

Pour bien éduquer son enfant il faut avoir confiance en soi

VRAI

Les parents doivent prendre du recul avec tout ce qu'ils entendent, pour être à l'écoute de leurs capacités à éduquer et faire confiance en leur bon sens. Plus vous aurez confiance dans votre rôle de parent, plus l'éducation se fera naturellement.

L’enfant doit être d’égal à égal avec ses parents

FAUX

Aimer ses enfants, c'est important mais bien les aimer, c'est aussi leur offrir les limites dont ils ont besoin pour grandir. "L'enfant est une personne" (pour reprendre l'expression de Françoise Dolto), mais rappelons que c'est une petite personne ! Il a besoin d'être dirigé. La liberté peut être très angoissante.

Les parents doivent tout le temps jouer avec leur enfant

FAUX

Un des besoins essentiels de l'enfant reste le jeu, mais sans médiation obligatoire d'un adulte. Il doit pouvoir jouer seul et se créer un monde à lui. Pourtant, du fait que les femmes travaillent, elles culpabilisent de ne pas s'occuper suffisamment de leurs petits et laissent peu souvent leur enfant jouer sans elle.

C'est un changement radical avec la génération de nos grands-parents. Les adultes étaient entre eux et les enfants s'occupaient seuls. Même s’il faut privilégier des moments de complicité avec ses enfants, c'est essentiel.

Mais il ne faut pas oublier ceci : l'enfant a besoin d'avoir une présentation de la vie d'adulte par ses parents, il doit voir comment des grandes personnes s'occupent et organisent leur quotidien pour prendre modèle.

Il faut éviter les conflits avec ses enfants

FAUX

Etre confiant dans son rôle de parent, c'est aussi accepter le conflit. L'enfant peut très bien dire "Je te déteste" et penser l'inverse deux minutes après. Il doit pouvoir jouer avec ce sentiment-là sans risquer de déstabiliser ses parents. C'est ainsi qu'il se construit. Il ne faut pas chercher à éviter les querelles. Elles sont non seulement inévitables mais aussi structurantes. La haine n'est pas la fin de la relation.

Le père ou la mère ne peut pas tout laisser faire uniquement pour éviter l'opposition. C'est aussi de cette façon que l'enfant prend conscience de ses limites et de ses capacités.

Le parent parfait n’existe pas

VRAI

Il y a 1001 façons différentes d'aimer ses enfants et c'est très bien comme ça ! Il faut se méfier de l'idée selon laquelle il n'y aurait qu'une seule bonne méthode. Le principal est que chacun dans la famille se sente bien dans son rôle de parent ou d'enfant.  Personne n'est parfait et les enfants ont aussi besoin de découvrir cela. Un père ou une mère qui se trompe, s'excuse, répare ses erreurs... offre à ses petits la possibilité de s'accepter tels qu'ils sont, avec leurs qualités mais aussi leurs défauts.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires