Jambes : la cure thermale pour soulager l’insuffisance veineuse

Jambes de femme dans la piscine
Fourmillements, crampes, douleurs… quand on travaille debout en permanence, on peut souffrir d’insuffisance veineuse. La cure thermale permet de soulager les jambes. 

Fourmillements, crampes nocturnes, œdème…

Élodie est pharmacienne... Elle aime son métier mais, à l'approche de la quarantaine, ses jambes la font souffrir. Élodie piétine sans cesse pour servir les clients de la pharmacie et elle craint de se retrouver, à cinquante ans, les jambes colorées de multiples varicosités, comme toutes les personnes qui souffrent d'insuffisance veineuse.

Lors de tels états, les veines se dilatent et les valvules, qui assurent le retour du sang vers le cœur, remplissent de plus en plus mal leur fonction. Cela se traduit par des fourmillements et des crampes nocturnes. Un œdème à la cheville et des varices peuvent survenir par la suite. C'est non seulement inesthétique, mais également très douloureux avec le risque d'une formation d'ulcère variqueux à la moindre blessure aux jambes.

Afin d'éviter de telles évolutions, inhérentes à une station debout immobile et prolongée, des soins préventifs s'imposent dès que l'on ressent les premières manifestations. Dans ce domaine, le thermalisme a fait ses preuves : c'est une méthode efficace pour soigner les jambes souffrantes.

Quand l'eau froide soigne l'insuffisance veineuse et les jambes lourdes

Chacun sait que si l'on est dans un bain chaud, on devient rouge, car les vaisseaux se dilatent... Au contraire, si l'on est dans un bain frais, il se produit une vasoconstriction : les vaisseaux se contractent et "chassent" le sang vers l'intérieur de l'organisme.

Fort de ce principe, les soins thermaux, qui se prennent en général au cours de la matinée, vont progressivement se faire dans une eau de plus en plus froide, mais non glacée.

Les premiers des trois ou quatre soins quotidiens sont à une température de 35 °C - 36 °C (c'est à peine plus froid que la température corporelle). Le soin qui s'effectue dans l'eau la plus fraîche, en général en fin de matinée, est celui de "l'aérobain local en pédiluve", à environ 20 °C...

Mais, dans ce pédiluve, seuls les pieds sont immergés. Vous êtes assis sur une chaise, bien au chaud, les deux pieds dans un petit bac dont l'eau bouillonne. Après ce soin, des compresses d'eau thermale fraîche sont appliquées sur la peau.

L'action drainante du bain

Le bain a un autre rôle dans la thérapeutique thermale en phlébologie. Le simple fait de se plonger dans une baignoire profonde, telle qu'il en existe dans les établissements thermaux, provoque une pression hydrostatique qui entraîne une contention veineuse (un resserrement des veines). En les "aplatissant", on diminue leur calibre, ce qui entraîne un effet de drainage très important en cas d'œdème. Ce dernier est une manifestation visible d'une insuffisance veineuse. La pression hydrostatique va faire se résorber l'œdème aux jambes.

L'action de drainage du bain est renforcée par des effets de brassage provoqués par des jets d'eau et d'air, sous l'eau, à l'intérieur de baignoires et de piscines thermales. La douche générale au jet, quand elle est appliquée par des techniciennes thermales expérimentées, participe aussi à ce drainage. Elle s'effectue de bas en haut du corps.

Le couloir de marche améliore la circulation

Le couloir de marche en eau thermale est un élément essentiel du traitement de l'insuffisance veineuse...

Ses vertus sont nombreuses. Vos jambes sont immergées dans de l'eau thermale et vous suivez un parcours sinueux dans une piscine ou dans un bassin. Pendant que vous déambulez, vous sentez des petits jets d'air et d'eau thermale vous masse les jambes et les pieds.

L'effet de ce massage drainant est positif. En outre, le fait de marcher améliore la circulation veineuse. La voûte plantaire est semblable au soufflet que l'on utilise pour ranimer le feu dans une cheminée. Quand on marche, on appuie sur un matelas veineux qui provoque un effet de pompe et entraîne l'ascension du sang vers le cœur. C'est donc excellent.

L'eau agit sur tout l'organisme

On constate chez les curistes un renforcement de la paroi vasculaire, qui est certainement dû à la composition physico-chimique de l'eau. Mais c'est difficile à démontrer scientifiquement. Peut-être que le radon, contenu dans l'eau thermale de Bagnoles-de-l'Orne a une action vasculaire ?

On remarque également que les eaux thermales ont une action sur tout ce qui est fibreux : les cartilages, la peau, les ligaments, la paroi veineuse...

Il y a là certainement une explication à l'effet positif de la cure thermale. La température de l'eau et l'effet de drainage ne peuvent pas, à eux seuls, tout expliquer. Des études restent à entreprendre pour démontrer les raisons du mieux-être que les curistes constatent chaque année.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires