Ptôse mammaire : qu’est-ce que c’est ?

Ptose Mammaire
Réussir à garder une poitrine ferme et rebondie peut être compliqué. Variations de poids, grossesse, allaitement, temps qui passe… Bref, de nombreux facteurs peuvent causer une ptôse mammaire. Cela peut être assez mal vécu par la plupart des femmes mais il existe des solutions. Qu’est-ce la ptôse mammaire ? Comment peut-on la corriger ? Focus sur la ptôse mammaire.

Qu'est-ce que la ptôse mammaire ?

La ptôse mammaire, par définition, désigne un affaissement de la poitrine et des seins. En somme, le sein tombe, petit à petit, et le mamelon peut descendre ou même se distendre progressivement sous le niveau du sillon sous-mammaire. De fait, la femme a une sensation de seins qui tombent, qui apparaissent comme vidés. La poitrine peut aussi perdre du volume et le mamelon peut alors tirer vers le bas.

La ptôse mammaire n'implique pas de douleurs et c'est une pathologie bénigne. En revanche, le désagrément esthétique peut être très important et créer de nombreux complexes chez la femme souffrant de ptôse.

Il existe différents degrés de ptôse mammaire :

  • légère : le sein commence seulement à tomber et le mamelon se situe au niveau du sillon sous-mammaire,
  • modérée : le mamelon est légèrement tourné vers le bas et se situe sous le sillon sous-mammaire,
  • sévère : cette fois, l'aréole se trouve plus bas que le sillon sous-mammaire et les mamelons se tournent vers le bas.

Savoir dans quelle catégorie classer la ptôse mammaire est très important surtout au moment du traitement, pour anticiper les cicatrices qui seront réalisées et leur taille ( T inversé, en ancre marine ou tout simplement autour de l'aréole).

Les causes

De nombreux facteurs peuvent être à l'origine de la ptôse mammaire. Cela peut être dû à une variation hormonale ou pondérale ou tout simplement être un relâchement cutané causé par le temps qui passe. Peu importe la cause, la ptôse mammaire est source de forts complexes chez les jeunes filles et les femmes qui en souffrent.

La grossesse et l'allaitement

Après une ou plusieurs grossesses, et qu'il y ait eu allaitement ou non, il est possible de voir s'installer une ptôse mammaire, plus ou moins importante. Le volume mammaire ne peut plus être contenu par la peau ce qui fait donc que les seins s'affaissent et que l'enveloppe du sein se distend.

Un fort amaigrissement

Si vous avez perdu beaucoup de poids, la ptôse peut aussi venir de là. En effet, un fort amaigrissement peut conduire à une fonte mammaire plus ou moins importante. Dans ce cas, la peau du sein ne peut pas se rétracter de manière correcte sur le nouveau volume moins important du sein et alors cela donne des seins en « gant de toilette ».

Une prise de poids

La prise de poids peut se faire sur toutes les zones du corps, même la poitrine, où la graisse peut même représenter jusqu'à 80% du volume du sein. L'excès du volume mammaire entraîne souvent une distension cutanée. En somme, la peau n'arrive plus à remplir son rôle d'enveloppe du sein correctement. Le sac cutané s'effondre et cela conduit à un affaissement de la poitrine.

L'âge

Bien évidemment, l'âge peut aussi favoriser l'apparition d'une ptôse mammaire. En effet, en vieillissant, la peau perd de sa fermeté et devient moins élastique. De fait, l'enveloppe de sein est fragilisée, ce qui peut donc conduire à un affaissement de la poitrine. Le temps qui passe peut aussi faire apparaître une infiltration graisseuse au niveau des tissus mammaires, ce qui va faire perdre son galbe à la poitrine, mais aussi sa forme originelle.

La ptôse congénitale

Parfois, lors de la puberté, la ptôse peut apparaître tout de suite chez la jeune fille. L'origine de la ptôse est alors congénitale et peut être associée à d'autres pathologies comme des seins asymétriques ou tubéreux (les sillons sous-mammaires sont anormalement hauts, associés à une base du sein étroite ce qui donne aux seins une forme tubulaire typique, avec une aréole large et qui pointe vers le bas). De nombreux complexes peuvent découler de ces anomalies.

L'hypertrophie mammaire

Tout comme pour la grossesse et l'allaitement, l'hypertrophie mammaire se caractérise par une distension de la peau, de l'enveloppe du sein et par un volume mammaire en excès. La ptôse mammaire est alors une conséquence directe de cette pathologie qui induit un affaissement de la poitrine, plus ou moins conséquent.

Ptose Mammaire Affaissement Poitrine
© istock

Les solutions pour corriger une ptôse mammaire

Pour corriger une ptôse mammaire, souvent, tenter de muscler le thorax n'a pas d'effet. Le seul recours proposé aux femmes est alors la chirurgie esthétique. La chirurgie mammaire a pour but de corriger la ptôse tout en remodelant le sein. On parle alors de mastopexie ou lifting mammaire, plus à même de raffermir la poitrine. Cette opération aide à remonter la poitrine, à combler un décolleté vide et redonne un beau galbe et de la fermeté aux seins.

Le déroulement de l'intervention

Avant l'intervention, il est nécessaire de se rendre à une première consultation avec son chirurgien. Il aura alors l'occasion d'étudier votre dossier, vos besoins et vos souhaits mais aussi d'examiner votre poitrine. Ce n'est que lors de cette consultation que le chirurgien sera en mesure de décider du traitement le plus adapté à votre morphologie mais aussi à l'importance de la ptôse présente.

Vous avez un délai de rétractation de 15 jours entre la première consultation et le jour de l'intervention.

Lorsque vient le moment de l'opération, le chirurgien se charge d'abord de tracer avec un feutre chirurgical les traces des incisions qui seront nécessaires pour corriger votre ptôse. L'intervention se fait sous anesthésie générale et peut durer en moyenne 2h voire 3 ou plus selon le travail à effectuer.

Le médecin procède aux incisions en veillant à ce qu'elles soient les plus courtes possibles. Il replace alors l'aréole et le mamelon. Il remontre ensuite la glande mammaire et retire l'excédent cutané puis redrape la peau restante autour de la glande mammaire. Lorsque tout ceci a été fait, il suture les incisions, le plus souvent avec des fils résorbables. Il est possible que des drains soient mis en place.

Différents types de cicatrices sont possibles selon l'importance de la ptôse et la technique utilisée par le chirurgien :

  • en forme de T inversé si la ptôse est modérée
  • en forme d'ancre marine si la ptôse est importante
  • et avec une cicatrice simplement autour de l'aréole si la ptôse est minime. On parle alors de « round-block ».

Une hospitalisation d'au moins une nuit en clinique est souvent nécessaire après une mastopexie.

Les résultats d'une mastopexie sont visibles immédiatement. Les seins semblent bien redessinés et regalbés. Cependant, des ecchymoses et des œdèmes peuvent apparaître et pour vraiment apprécier le résultat, il faut parfois attendre qu'ils disparaissent et se résorbent.

Après l'intervention, les douleurs sont légères, surtout si la ptôse a été associée à une réduction mammaire. Si des implants ont été posés, alors il peut être nécessaire de prendre des antalgiques.

Il est recommandé de porter un soutien-gorge de contention pendant au moins un mois, jour et nuit. Cela permet de maintenir les compresses et les pansements en place et de protéger les cicatrices. Les fils se résorbent seuls mais si ce n'est pas le cas, il faut attendre entre 8 et 20 jours pour les faire retirer par une infirmière.

Un arrêt de travail est conseillé (pendant au moins 10 jours) et il est interdit de faire du sport pendant au moins 1 mois (voire 2).

La mastopexie peut conduire à une nécrose (un défaut de la cicatrisation) surtout si la patiente est fumeuse. Cela peut aussi mener à un hématome expansif (gonflement subit du sein qui nécessite une nouvelle opération rapidement), à une infection ou à des troubles de la cicatrisation.

Le prix

Le coût d'une intervention pour corriger la ptôse mammaire dépend surtout des honoraires du chirurgien esthétique mais aussi des honoraires du médecin anesthésiste et des coûts de la clinique choisie (chambre, prestations, bloc opératoire, etc.).

Il est possible que cela coûte, en moyenne, entre 3000 et 7000 euros.

Ptose Mammaire Seins Qui Tombent
© istock

Y a-t-il une prise en charge ?

Pour que l'intervention soit prise en charge par l'assurance maladie et la mutuelle, il faut que la correction de ptôse mammaire soit associée à une réduction mammaire de plus de 300 grammes de glande retirée (par sein) ou bien encore que l'intervention ait lieu dans le but de corriger une malformation mammaire comme une asymétrie ou des seins tubéreux.

Les risques

Comme toute opération chirurgicale, il existe des risques liés à l'anesthésie et au geste chirurgical.

 À lire également : Chirurgie esthétique : fait-il avoir peur de l’opération ?

Après une intervention pour corriger une ptôse mammaire, il existe des risques de voir apparaître des hématomes, même si cela reste rare. L'intervention peut aussi entraîner une diminution de la sensibilité du mamelon ou bien une légère asymétrie de la poitrine.

Comme pour toute opération, il existe des risques et des complications mais avec un suivi personnalisé et efficace, cela peut être réduit. L'anesthésie peut impliquer des accidents thrombo-embolique du type embolie ou phlébite.

Comme pour n'importe quelle chirurgie mammaire, il existe aussi un risque de ne pas pouvoir allaiter, si vous tombez enceinte après l'opération (il vaut mieux attendre un an avant d'envisager une grossesse, cependant). Cela dépend des canaux galactophores, à l'origine de la lactation. S'ils sont perturbés, cela peut empêcher un allaitement.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires