5 questions pour tout savoir sur le préservatif

Préservatif
Plus utilisé avant 30 ans qu’après, il a pour objectif de s’opposer au passage du sperme dans l’appareil génital de la femme. Il existe trois règles d’or : il doit être mis en place avant toute pénétration, il est nécessaire de le manipuler en douceur en prenant garde de ne pas le percer avec ses ongles et il faut le retirer aussitôt après l’éjaculation.

Est-ce-que c'est un bon moyen contraceptif ?

Vrai. Dans la mesure où les conseils d'utilisation sont scrupuleusement respectés. Il a également un rôle protecteur des maladies sexuellement transmissibles ou M.S.T (notamment le sida, l'hépatite B...).

Le préservatif peut-il être utilisé pour autre chose que la contraception ?

Vrai. Hormis son rôle préventif des maladies sexuellement transmissibles ou M.S.T., il peut être préconisé en cas d'éjaculation précoce. Une diminution de la sensibilité de la verge retarde l'éjaculation (quasi immédiate dans cette pathologie).

Il est parfois remboursé par la Sécurité sociale

Vrai et Faux. Ce moyen de contraception n'est pas pris en charge et coûte relativement cher. Cependant depuis 2023 il existe de plus en plus de marques qui peuvent-être remboursées à 100%, vous les trouverez en pharmacie. Il n’y a pas de limite d’âge.

Peut-on utiliser n'importe quel lubrifiant avec un préservatif ?

Faux. Certaines crèmes lubrifiantes, comme la vaseline, peuvent rendre le préservatif poreux et donc perméable. Il est nécessaire de prendre l'avis de son pharmacien ou de son médecin.

Peut-on être allergique au préservatif ?

Vrai. Dans la mesure où il existe des allergies au latex, on peut effectivement avoir des réactions d'hypersensibilité. II arrive aussi que l'allergie soit due aux lubrifiants utilisés pour leur conditionnement.

À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires