Epilation au laser : pour en finir une fois pour toutes avec les poils

Epilation Laser Jambes
Des jambes lisses, sans rien faire, c’est la promesse « zéro contrainte » du laser. À quelles conditions ? À quel prix ?  Toutes nos réponses sur l’épilation au laser.

La laser, une technique à connaitre

Les femmes et les hommes sont de plus en plus nombreux à recourir au laser pour en finir avec leur pilosité et s'offrir ainsi la tranquillité. Cela fait plus de vingt ans que le laser médical est utilisé pour garantir une épilation permanente. Permanente et non définitive ! La limite entre les deux est ténue, certes. Mais elle est surtout médico-légale. Si, au bout de six mois, les poils ne repoussent pas, ils ne repousseront plus. Sauf peut-être sur le dos pour les hommes ou la lèvre supérieure chez les femmes, zones dites crescendo, c'est-à-dire pour lesquelles on ne peut assurer que les poils ne repousseront jamais. Dans ce cas, il est normal de devoir faire un entretien via une séance annuelle. D'autre part, le système pileux est extrêmement sensible aux bouleversements hormonaux qui peuvent survenir tout au long de la vie (grossesse, ménopause.) Il y a donc, là aussi, un risque de voir les poils repousser. C'est pourquoi on ne peut pas parler du laser comme d'une solution définitive.

En outre, la notion de permanence ne signifie en aucun cas que 100 % des poils vont disparaître. Résumons : l'épilation au laser ne peut être définitive mais elle est permanente sur au moins 80 % des poils de la zone traitée. Les femmes sont généralement satisfaites du résultat final. Puis, un an après, alors qu'elles se sont habituées à ne plus avoir de poils, certaines d'entre elles sont subitement déçues lorsqu'elles se rendent compte qu'il leur reste un poil par-ci, un poil par-là. Précisons encore que 1 % à 2 % des patients sont dits "non répondeurs" au laser, pour des raisons que l'on ignore. Il convient, dans ce cas, d'arrêter les séances.

Epilation au laser : comment ça marche ?

Le principe du laser est simple : le rayonnement est absorbé par la mélanine qui colore le poil. Les poils foncés absorbent donc le rayonnement qui va les brûler jusqu'au fond de leur bulbe, situé dans le derme. C'est pourquoi le laser est sans efficacité sur les poils blancs, blonds ou roux qui sont peu, voire pas, chargés en mélanine. De même, le laser ne peut être utilisé sur les peaux noires, métis ou bronzées, car elles sont gorgées de mélanine.

La pièce à main se présente sous la forme d'un carré ou d'un rond, ou encore d'un stylo pour les petites zones telles que les lèvres ou les sourcils. Le médecin le passe à la surface de la peau ou sur la peau : tout dépend du matériel utilisé.

La douleur lors de la séance est fonction de la concentration en mélanine de la cible : plus les poils sont noirs et denses, plus vous risquez d'avoir mal. Douleur toutefois moins importante que celle due à l'épilation électrique... Pour les plus douillettes, le médecin peut prescrire une crème locale anesthésiante à appliquer une heure avant.

L'application d'une poche de glace qui anesthésie la zone à traiter est efficace pour la zone du maillot ou des aisselles.

Quoi qu'il en soit, sachez que la douleur diminue au fil des séances car les poils se raréfient et deviennent plus fins.

La zone traitée est rouge après la séance (genre coup de soleil) pendant à peu près une journée. Des petites croûtes peuvent se former au niveau des orifices pilaires.

Quant aux poils, ils tombent quelques jours après. Entre deux séances, il ne faut pas s'épiler à la pince et à la cire. Que les perfectionnistes se rassurent, elles ne seront pas interdites de dépilation : crème dépilatoire et rasoir sont même recommandés.

Après la première séance, 10 à 15 % des poils sont morts. Les autres repoussent au bout de deux mois.

Afin d'assurer une épilation permanente, le laser doit donc être pratiqué environ cinq fois sur un an (à J 0, J +2 mois, J + 5 mois, J+ 8 mois et J + 12 mois), avec une séance six mois après la dernière.

Six, c'est le nombre moyen de séances. Selon les personnes, la pilosité ou la couleur de la peau, elles peuvent être plus ou moins nombreuses, Pour les zones qui vont crescendo durant la vie c'est-à-dire le dos et la lèvre supérieure, il peut être nécessaire de refaire une à deux séances par an.

Des femmes... et de plus en plus d'hommes

Epilation Laser Homme
© istock

Outre les grands classiques (jambes, aisselles et maillot), nombreuses sont celles qui demandent la ligne ombilicale, l'aréole des seins et, Surtout le visage (dégager le front, les pommettes et les sourcils illumine un visage). Celles qui sont gênées par une forte pilosité, jusqu'à un duvet brun et marqué qui recouvre parfois tout le corps, trouvent dans le laser une réponse efficace à leur problème.

Concernant les toutes jeunes filles, il est déconseillé d'entreprendre une épilation laser tant que la puberté n'est pas terminée car la pilosité va crescendo. Ce qui signifie qu'il faudrait faire beau, coup plus de séances et pendant un laps de temps plus long. Tout est question de moyens, bien sûr.

Les hommes entre 20 et 40 ans sont de plus en plus nombreux opter pour le laser. Que se font-ils épiler les épaules, le dos, le torse, les fesses, les mains, les phalanges, la zone entre le cou et le torse, la barbe quand elle remonte trop haut, ou encore la zone située entre les sourcils.

La laser et l’épilation : c'est un acte d'abord médical

Si le laser vous tente, sachez que seul un médecin peut le manipuler. Important aussi : selon la législation, un médecin n'a pas le droit de travailler dans un institut de beauté. Cela signifie que les instituts de beauté qui pro posent le laser sont hors la loi. Ou alors ils jouent sur les mots et utilisent en fait un laser qui n'est pas médical et dont la puissance équivaut celle d'un pointeur de conférence.

Si la loi est aussi stricte quant à la personne qui emploie le laser, test parce que, d'une part, cette technique est délicate à manipuler et que, d'autre part, il est important de savoir réagir en cas de complications.

A lire aussi : Epiloderm : une méthode d'épilation naturelle

A distance du soleil

En effet, il existe un risque (minime) de brûlures, de réaction allergique de cicatrices, d'hyperpigmentation et d'hypopigmentation. C’est pourquoi il faut éviter de faire une séance lorsque vous êtes bronzée ou que vous partez au soleil.

Bon à savoir aussi les grains de beauté, lorsqu'il y en a trop, sont une vraie contre-indication. S'ils sont rares, le médecin peut les dissimuler sous de petites pastilles auto-collantes, type mini pansements.

A lire aussi : Epilation des sourcils ouvrez l’œil et le bon !

Le laser reste une technique onéreuse...

Cela étant, à vous de réfléchir en calculant ce que vous coûte, en temps et en argent, une année, et pourquoi pas une vie entière d'épilation en institut. Les tarifs varient en fonction des médecins, du matériel utilisé et du lieu où le traitement est dispensé.

Environ : 150 € la séance pour le maillot et l'ovale du visage ; 300 € à 500 € les demi jambes ; 450 € à 650 € les jambes entières et 80 € pour les lèvres.

Durée des séances : 1 heure environ pour les demi-jambes ; 10 minutes pour les aisselles et 1 h 30 pour les jambes entières

Épilation électrique pour les poils blonds ou roux

Cette technique consiste à enfoncer une aiguille très fine dans le follicule puis à envoyer, par l'intermédiaire de celle-ci, une décharge électrique qui brûle le bulbe pileux empêchant sa repousse.

Si l'épilation électrique a fait ses preuves, elle demande du temps et des moyens puisque à la longue elle finit par coûter plus cher que le laser. Elle est aussi plus douloureuse L'épilation électrique doit être pratiquée par un médecin, pas une esthéticienne. Son avantage Sur le laser

Elle peut être utilisée sans problème sur les poils blonds, roux, blancs, ainsi que sur les peaux mates et noires Mais c'est une technique de moins en moins utilisée, laser oblige Nombreux sont les médecins à l'employer en complément du laser là où les poils sont très clairs ou très peu nombreux. une repousse de 15 % ne doit pas être considérée comme un échec.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.