Éducation : L’autorité est-elle nécessaire à l’adolescence ?

Adolescent Avec Ses Parents
Plus que d’autorité, un adolescent a besoin que ses parents soient des guides Une tâche éducative difficile, avec un enjeu important : faire de nos enfants des citoyens de demain. Quelques pistes…

Derrière le terme autorité se cachent encore des notions de pouvoir, de domination. La nécessité de donner des ordres, de se faire obéir correspond au stade éducatif du petit enfant. Il est délicat de reconnaître que son fils ou sa fille est devenu un adolescent mature, et continuer de le traiter comme un petit dont une partie des besoins repose sur l'autorité et la pose de limites. Cette non adéquation du ton et de l'attitude adoptés est peut-être due au fait que les parents ne voient pas grandir leur enfant.

Créer ensemble un "règlement familial"

Pourquoi ne pas instaurer un "rite de passage" à un âge défini par les parents ? Ce dernier existe dans la religion, mais n'est pas forcément perçu comme tel.

Chez les juifs, les filles deviennent religieusement adultes à douze ans, et les garçons à treize. Chez les catholiques, les adolescents font leur confirmation en troisième, un âge auquel on estime qu'ils renouvellent leurs vœux de baptême en pleine conscience.

Autorite Adolescence
Les jeunes ont besoin de dialoguer, de participer à l'élaboration des règles familiales.

 

Ce passage du stade d'enfant à celui d'adolescent est l'occasion d'établir ensemble un règlement familial, comme il existe un règlement scolaire auquel ils doivent se plier.

Pour cela, dialogue et négociations sont fondamentaux. Négocier, c'est faire chacun un petit bout de chemin afin que tous soient satisfaits des décisions prises. Pour cela, il faut apprendre à écouter l'autre, à accepter qu'il donne un point de vue divergent.

Une démarche délicate, les parents ayant souvent du mal à admettre que le grand changement, à l'adolescence, est que le jeune pense par lui-même. D'où l'impression d'être en conflit avec son enfant, alors qu'il ne fait qu'émettre des idées différentes des nôtres.

La grande majorité des adolescents ne refuse pas les règles. Ce qu'ils ont du mal à admettre, c'est l'archaïsme avec lequel elles sont édictées par les adultes.

Ils veulent participer, échanger, parler de leurs attentes.

Être des adultes pleins de convictions

L'autorité des parents est mieux acceptée lorsqu'ils la tiennent de leur exemplarité, et non de leur statut d'adulte. Les adolescents ont besoin d'une mère et d'un père qui aient des convictions, des engagements, des espérances. Mais aussi qui sachent reconnaître leurs erreurs. Ce sont des repères sécurisants pour les adolescents. « Mes parents sont responsables, le week-end, d’un lieu d'accueil pour démunis », explique Thibaut, 17 ans.

Ado Fait Les Taches Menageres
En se rendant utile, l'ado regagne la confiance de ses parents.

« C'est vrai que lorsqu'ils me parlent des dangers de la drogue, de l'alcool, ou lorsqu'ils m'encouragent à travailler au lycée, je leur obéis, car ils voient les dégâts que peut faire un laisser-aller. Leurs propos ne sont pas des paroles en l'air, pour me faire peur. » Il est important d'expliquer pourquoi on donne ces limites. Elles n'ont rien d'arbitraires. Elles sont faites pour protéger le jeune qui grandit et avance à tâtons. Sans fil conducteur, il aurait tendance à aller toujours plus loin.

Sanctionner "intelligent"

Être des parents démocratiques ne signifie pas céder à tout, car on est responsable de leur santé (physique et mentale), de leur scolarité, de leur moralité. Il faut savoir différencier les choses négociables, de celles qui ne le sont pas. Des données variables en fonction des valeurs de chaque famille : « À la maison, il est inutile que je demande si mon ami peut rester dormir, je sais que c'est non », explique Céline 19 ans. « Cette situation ne pose pas de problème aux parents de certaines copines. »

À l'adolescence, l'autorité devient subtile. Il faut faire preuve de persuasion, afin d'amener le jeune à adhérer à ce qu'on lui dit. L'autorité n'intervient qu'en cas de dérive : « tu devais rentrer à une heure du matin, nous en avions convenu ensemble, tu as transgressé cet accord de deux heures. Je me suis inquiétée, il est normal que je prenne une sanction. » Il est important de rester calme, de ne pas hurler. Cela ne sert à rien. Et de s'impliquer en utilisant le je qui positive, et non uniquement le "tu" qui montre du doigt, qui culpabilise.

Plus question à l'adolescence de priver son enfant de dessert, une punition infantilisante. La réprimande doit être adaptée à l'âge : diminution de l'argent de poche, privation de cinéma entre amis... Et, pourquoi pas, une sanction réparatrice : rendre un service, prendre en charge une corvée domestique... L'idée est de lui permettre de regagner auprès de ses parents la confiance perdue.

A lire aussi : Pourquoi votre ado vole-t-il ?

Ouvrir la famille

Les parents peuvent se sentir débordés par leur adolescent qui se ferme à leurs propos. Il ne faut pas hésiter à demander de l'aide. Le recours aux oncles, tantes, grands-parents... peut s'avérer utile.

Parfois même, il faut savoir autoriser le départ de l'adolescent du toit familial pour un séjour chez d'autres membres de la famille. Cette rupture passagère aide les parents à se ressourcer et au jeune à s'apercevoir que ses parents ne sont pas des tyrans et que le respect des règles de vie s'exerce partout. « Après mon bac, j'ai erré pendant deux ans à la fac », explique Jean, 20 ans. « Je n'écoutais pas mes parents, je rentrais à n'importe quelle heure. J'ai fini par passer quelques semaines chez un oncle. De retour à la maison, j'ai renoué le dialogue perdu avec mes parents. »

Des associations pour vous aider

Fédération des écoles des parents et des éducateurs aide à réorganiser la situation familiale, à trouver des solutions aux problèmes, Propose également des groupes de paroles. (180, bis rue de Grenelle, 75007 Paris. : 01 47 53 62 70.)

https://www.ecoledesparents.org/

Phare Enfants-Parents propose une écoute du lundi au vendredi au 01 43 46 00 62, ainsi qu'un accueil sur rendez-vous par une psychologue ou une médiatrice familiale.

https://phare.pads.fr/

A lire aussi : Comment aider son ado à surmonter le trac ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.