Bébé et déshydratation : tout pour comprendre les causes et l’éviter !

Biberon Bébé
L’eau, c’est la vie. Encore plus pour les nourrissons ou les petits enfants chez qui une déshydratation peut être très grave. Leur corps, composé à 80% d’eau est forcément plus impacté par les problèmes de déshydratation qu’un adulte. De plus, elle peut s’aggraver très  rapidement dans le cas où elle ne serait pas prise rapidement en charge. On fait le point dans cet article.

Depuis quelques heures, bébé semble triste avec ses yeux creux et sa peau grisâtre. Il a même perdu son petit ventre grassouillet. N'a-t-il pas un peu vomi ou eu quelques diarrhées qui ne vous auraient pas inquiété, un peu de fièvre aussi ? N'avez-vous pas remarqué qu'il avait accepté tous les biberons d'eau que vous lui avez proposés ? Et ses couches ne sont-elles pas restées sèches ? A-t-il la bouche et la langue sèches, la fontanelle enfoncée. Peut- être n'a-t-il plus de larmes.

Les signes d'alarme de déshydratation chez le bébé

Attention ! Tous ces signes sont caractéristiques d'une déshydratation, et chez le nourrisson ou le petit enfant, elle peut être très grave si le diagnostic n'est pas fait très vite. La déshydratation est la perte des liquides de l'organisme qui se composent d'eau et de sels minéraux. Et le bébé est très exposé à ce risque, car l'eau, c'est 75 % à 80% de son poids à la naissance et 65 % à 1 an contre seulement 60 % à l'âge adulte.

Les causes possibles

Les premières causes de déshydratation chez les jeunes enfants sont les troubles digestifs. Avec l'été, arrivent la saison des fruits, les décalages de température et surtout la multiplication des contacts entre enfants, parfois contagieux. une gastro-entérite est vite attrapée. Les vomissements et les diarrhées qui vont avec entraînent une perte d'eau si importante qu'il est possible de perdre jusqu'à 10 % de son poids en un seul jour.

Mais bébé a peut-être aussi attrapé une infection fébrile (bronchiolite, otite...). Il arrive, dans ces cas, que la fièvre provoque une déshydratation lente qui passe inaperçue, tout simplement parce que nous, parents, sommes préoccupés par d'autres symptômes (toux, douleurs...).

Parfois, la déshydratation accompagne le coup de chaleur. Celui-ci survient après une exposition prolongée à des températures très élevées, sans aération. L'enfant est en grand danger car sa température interne augmente de façon importante. Il transpire pour évacuer un maximum de calories et si la perte d'eau n'est pas compensée par la boisson, c'est la déshydratation assurée.

Mais si aucune de ces causes ne semble être la bonne, demandez-vous si vous avez bien préparé ses biberons. Il peut être tentant de les diluer en été ou de les concentrer pour les épaissir. Or, ceci est dangereux, car la quantité d'eau indiquée sur les boîtes est calculée pour obtenir la concentration idéale en sels minéraux. Quand cette concentration est mauvaise, l'organisme peut réagir pour tenter de l'équilibrer, en augmentant la quantité d’urine par exemple.

Réhydrater au plus vite le nourrisson

Que faut-il faire ? Si vous connaissez le poids normal de bébé et si vous avez une balance, pesez-le : s'il a perdu moins de 5 % de son poids, soit moins de 500 g pour un bébé de 10 kg, conduisez-le chez le pédiatre.

Si sa perte de poids est plus importante, s'il refuse de boire ou si son état se dégrade (vomissements, diarrhées), allez aussitôt à l'hôpital dans un service pédiatrique. Le temps est compté car, sans traitement, le manque d'eau provoque dans l'organisme un aplatissement des vaisseaux sanguins, la circulation se fait de plus en plus mal, la tension artérielle chute, puis c'est le choc, suivi de la mort, parfois en deux jours.

La déshydratation est un accident facilement évitable si l'on suit quelques règles simples. D'abord, en étant vigilant en cas de problèmes digestifs :

  • Toute maladie provoquant diarrhées ou vomissements doit être prise au sérieux et traitée efficacement.
  • N'exposez jamais votre enfant en plein soleil, surtout aux heures les plus chaudes (11 h à 17 h).
  • Proposez-lui à boire très souvent, par petites quantités.
  • Choisissez une boisson hydratante (eau minérale, sachet d'hydratation, solution OMS ou, pour les enfants de plus de deux ans, boisson au cola diluée de moitié, thé sucré, lait de coco ou bouillon).

Ceci ne concerne pas bébé s'il est nourri au sein. En vous désaltérant suffisamment, vous produirez un lait plus aqueux. Enfin, si votre enfant marche et se dépense beaucoup, il peut oublier de réclamer à boire. Pensez-y pour lui. Si vous avez peur de ne pas produire assez de lait, il peut être judicieux de penser à tirer votre lait pour vous rendre compte des quantités ingurgitées par bébé.

Les boissons hydratantes rapides et efficaces

Les meilleures boissons sont les sachets d'hydratation vendus en pharmacie ou la solution préconisée par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) que vous pourrez préparer en mélangeant 1 litre d'eau, 2 cuillerées à soupe rases de sucre et 1/2 cuillerée à café de sel.

On y trouve les bonnes quantités d'eau, de sels minéraux et de sucre.

>> À lire aussi : Habiller votre bébé selon la température, les saisons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires