Utérus contractile : définition, causes, symptômes et traitements

Uterus Contractile Enceinte
Au cours des dernières semaines de grossesse, les contractions de l’utérus ne sont pas forcément anormales, il est toutefois recommandé de consulter pour s’assurer que tout va bien surtout si celles-ci sont répétées. Elles peuvent en effet agir sur l’ouverture du col, ce qui peut mener à un accouchement prématuré. Voici quelques informations pour vous aider à mieux cerner le sujet.

À lire aussi : Comment bien vivre sa grossesse : des conseils pour vous simplifier la vie

L’utérus contractile : qu’est-ce que c’est ?

Il faut bien comprendre comment est fait l’utérus pour cerner un peu la question. On trouve dans cette partie du corps le myomètre qui est un muscle lisse. Durant la grossesse celui-ci se contracte spontanément. Les contractions peuvent apparaitre dès le 4e mois de grossesse et ne sont pas forcément accompagnées de douleurs particulières. Certaines femmes ne s’en rendent pas compte. Elles durent entre 30 secondes et une minute, elles sont de faible intensité et irrégulières, il n'y a rien de comparable avec celles qui donnent lieu à l’accouchement. Ce sont des contractions normales qui préparent le corps à l’accouchement, elles s’appellent les contractions de Braxton-Hicks.

Si ces contractions sont très fréquentes et qu’elles surviennent au moindre effort, on parle alors d’utérus contractile. Si vous constatez que vous avez 10 contractions ou plus sur 24 heures, il est préférable d’en parler à votre gynécologue qui pourra vérifier si votre col n’est pas ouvert. Elles pourraient en effet avancer la naissance de quelques semaines.

Contraction Enceinte
© Istock

Les causes de l’utérus contractile

Tout d’abord, il est parfois difficile de faire la différence entre les effets provoqués par les mouvements du bébé, surtout quand c’est votre première grossesse, et une contraction réelle. Le moyen le plus sûr pour les différencier est leur étendue : la tension provoquée par le bébé qui remue est plus localisée, tandis que dans les contractions, c’est plus l’ensemble du ventre qui se durcit.

Il faut savoir également que les douleurs ligamentaires peuvent être distinguées des contractions : elles sont plus intenses et elles durent plus longtemps.

L’une des causes pourrait être une infection qui pourrait entrainer ce type de manifestation, il suffit de faire une analyse d’urine pour obtenir une réponse. Dans le cas où celle-ci est positive, votre spécialiste vous proposera un traitement adapté.

De plus, le médecin pratiquera un examen du col pour s’assurer que celui-ci n’est pas trop ouvert. Si d’ailleurs les contractions agissent sur le degré d’ouverture, il procédera à une mise sous monitoring de manière à enregistrer les contractions durant une heure afin de juger de l’intensité et du nombre de contractions.

Quel traitement pour un utérus contractile ?

Dès lors que le col de l’utérus a tendance à s’ouvrir sous l’effet de ces contractions, il faudra prendre des mesures afin d’éviter une naissance prématurée.

Uterus Contraction Repos
© Istock

Le repos

C’est une donnée essentielle à prendre en compte. En effet les contractions apparaissent souvent à la suite d’un effort. Il faut donc faire très attention et éviter certains comportements à risque : éviter les trajets en voiture, le port de charges lourdes ou moins lourdes, l’activité physique et essayer de se reposer régulièrement dans la journée. Si les contractions sont importantes et en grand nombre et qu’elles concourent fortement à l’ouverture du col, un alitement complet peut être exigé et parfois même une hospitalisation.

À lire également : Vivre sa grossesse bien dans sa tête

La prise de médicaments

Certaines familles de médicaments peuvent aider à limiter et à éviter bon nombre de contractions :

Les tocolytiques, prescrits par voie orale ou par intraveineuse.

Les antispasmodiques que le Spasfon Lyoc.

Pour les grossesses de moins de 34 semaines d’aménorrhée, il est possible d’administrer des corticoïdes qui permettent d’accélérer la maturation des poumons du fœtus, évitant ainsi un risque supplémentaire lors d’un accouchement prématuré.

Le cas de l’utérus contractile pour une grossesse de moins de 6 mois

Contraction Uterus Grossesse
© Istock

Dans ce cas, il existe deux possibilités que nous avons déjà évoquées :

  • Le gynécologue ne vous a pas hospitalisée: vous suivez son traitement, incluant la prise de médicaments (hormones, anti-inflammatoires, antispasmodiques, antibiotiques… et une échographie. Il vous a également demandé d’observer le plus possible de repos. Si même avec le respect de cette prescription, les contractions perdurent ou reprennent, il faut à nouveau contacter le gynécologue qui vous suit afin qu’il décide d’une hospitalisation éventuelle.
  • Le médecin a décidé de vous hospitaliser: s’il prend cette décision, c’est en général parce qu’il pense qu’il existe un risque objectif de fausse couche (si vous êtes entre le 2e et 4e mois de grossesse) ou d’accouchement prématuré (si vous êtes entre le 5e et le 6e mois de grossesse). Il peut même décider de vous faire transporter par le SAMU.

Dans le cadre de la grossesse de plus de 6 mois

Grossesse Examen
© Istock

Il existe deux possibilités également :

  • Si le médecin ne vous a pas hospitalisé: c’est qu’il estime que vous ne présentez pas de réel risque d’accouchement prématuré. Mais si vous devez constater que les contractions reprennent, il faut vraiment que vous repreniez contact avec votre médecin.
  • Le médecin a demandé votre hospitalisation: c’est normal à ce terme puisqu’il craint un accouchement prématuré. Vous devrez faire un examen gynécologique, une échographie et en cas d’inquiétude réelle un monitoring, surtout si vous êtes proche du terme.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.