Douleur de la symphyse pubienne : comment bien la gérer ? 

Symphyse Grossesse Douleur
D’une façon générale, les douleurs pendant la grossesse sont difficilement prises en charge, car la prise de médicaments est limitée et très contrôlée pendant cette période.

La douleur de la symphyse pubienne - l'articulation frontale qui relie les deux os du pubis - se manifeste souvent à cause d'une trop grande fatigue. Femmes enceintes, préservez-vous !

Symphyse pubienne : quelle douleur ressent-on ?

La grossesse connaît son lot de troubles musculaires et osseux. En effet, le corps de la femme "gère" sa façon de se tenir et compense comme il peut l'augmentation du volume du ventre.

Symphyse Pubienne
© istock

Ce "poids" inhabituel porte atteinte parfois aux articulations et aux ligaments malgré la production de certaines hormones (relaxine) qui assouplissent les jonctions osseuses du bassin. Les mamans décrivent une pesanteur au niveau du pubis, elles ont l'impression que l'enfant est descendu.

En réalité, les douleurs de la symphyse pubienne résultent de la distension des articulations de l'os pubien. Les douleurs peuvent être vives, essentiellement au niveau du pubis et peuvent irradier vers les cuisses et le périnée. Un examen clinique chez son obstétricien est souhaitable dès les premières douleurs abdominales afin d'éliminer toutes autres pathologies gynécologiques.

À quoi est du cette douleur ?

Être enceinte ne veut pas dire rester inactive et la plupart des femmes continuent à travailler et à mener leur vie avec les contraintes de la vie quotidienne. Elles poilent leur enfant, se baissent et se relèvent trop rapidement, ne font pas assez attention à leur posture, à la maison comme au travail.

"Mécaniquement" les articulations du bassin souffrent et les ligaments présentent une légère inflammation. Mais il est également intéressant de voir que les acupuncteurs, qui suivent des femmes enceintes, remarquent que les douleurs de la symphyse pubienne coïncident avec un épuisement de la femme en fin de grossesse. Ils distinguent les douleurs continues dues à une fatigue physique et les douleurs ressenties à l'effort, liées à un manque de calme parfois à l'origine d'une petite déprime.

Des traitements doux de confort

Une règle de base et de bon sens, il faut rassurer et ordonner le repos.

En prévention

  • Évitez la marche et les charges lourdes.
  • Portez une ceinture de grossesse réglable afin de l'adapter à votre ventre au fur et à mesure que le bébé grandit.

En urgence

  • Posez une poche de glace plusieurs fois par jour quand c'est possible.
  • En cas de douleurs difficilement la prise d'antalgiques supportables, comme le paracétamol est permise.

Les sels minéraux sont des médicaments

  • Du magnésium, pour favoriser les décontractions des fibres neuromusculaires. A prendre le matin.
  • Si vous manquez de calme : du calcium pour ses vertus apaisantes, à prendre le soir.
  • Si vous êtes épuisée : du phosphore, remontant général de l'organisme.

En ostéopathie

Symphyse Osteopathie Grossesse
© istock

Quelques manœuvres sur l'articulation pubienne peuvent soulager et éviter la prise de paracétamol.

En acupuncture

Les douleurs sont constantes : l'os pubien est bloqué et induit un épuisement de l'énergie des cinq organes. L'acupuncteur stimule alors le point 11 du rein.

Les douleurs se manifestent après un effort : l'acupuncteur rééquilibre la vallée du Yin dont l'énergie est perturbée. Il stimule, la jambe de la femme enceinte fléchie, le point 10 R situé sur le méridien du rein au niveau du creux poplité du genou.

 « J'ai testé l'électropuncture » Sandrine, jeune maman témoigne

« Arrivée quasiment au terme de ma grossesse, j'ai ressenti une douleur lancinante en haut du pubis. J'avais la sensation que mon bébé pesait sur mon bas-ventre alors que les examens révélaient qu'il n'était pas descendu.

Ma sage-femme m'a alors proposé une séance d'électropuncture pour décontracter et assouplir les muscles et les articulations du bassin. Elle m'a expliqué que cette technique dérive de l'acupuncture : les points sont stimulés non pas avec des aiguilles, mais avec un courant d'intensité réglable. Elle a passé l'électrode le long d'une ligne située en haut de mon pubis, puis a insisté sur un point précis à l'intérieur de chaque genou. Après la séance, je me suis levée, je n'avais plus du tout mal. »

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.