Enfant et propreté : comment lui apprendre à devenir propre ?

Enfant Propreté Pot
D’un côté, il y a les parents rigides qui mettent leur enfant sur le pot toutes les heures, et de l’autre, les parents laxistes pour qui la propreté n’est pas primordiale. Entre ces deux attitudes, quel est le juste milieu ? On vous donne tous nos conseils.

Un âge variable selon l’enfant

« Ta fille n'est pas propre à 18 mois ! Je ne comprends pas, à son âge, tu ne portais plus de couches depuis longtemps. Tu devrais faire quelque chose. En as-tu parlé au pédiatre ? »

Ces propos, nombre de jeunes mères les ont entendus de la part de grands-mères attentionnées mais peut-être... stressantes sur un sujet qui ne mérite pas que l'on s'inquiète, sauf quelques rares exceptions.

Car, quelle que soit l'énergie que l’on dépense pour cet apprentissage, les enfants sont tous propres, en moyenne, à deux ans le jour et entre deux ans et demi et trois ans la nuit. La propreté n'est que le résultat d'une évolution naturelle, comme l'éveil psychomoteur.

Il est vrai que l'apprentissage de la propreté est un sujet pourtant très prisé, et pour lequel les "vérités" en la matière changent beaucoup selon les médecins et les modes !

A quel âge ?

Dans les années 1920, les pédiatres conseillaient aux parents d'initier l'enfant à la propreté dès sa naissance !

Pour le docteur B. Spock, vers 1965, un enfant ne pouvait être propre si, en parallèle, il n'avait pas certaines acquisitions psychomotrices telles que : offrir ses jouets aux adultes, quitte à les reprendre ensuite, imiter les activités des grands, etc.

Vers la fin des années 1970, les Anglo-saxons avaient opté pour une "méthode de choc". Quand l'enfant avait 20 mois, sa mère lui consacrait une journée entière pour le rendre propre. Au programme : des boissons à gogo, une poupée qui fait pipi, et une journée complète assis sur le pot !

Aujourd'hui, qu’en est-il ? Les pédiatres s'accordent pour commencer l'apprentissage entre 15 et 20 mois. Cependant, des petits conseils de bon sens peuvent aider.

Tout d'abord, quelques rudiments de physiologie. Un enfant ne contrôle ses sphincters qu'au cours de sa deuxième année, entre 16 et 24 mois. Parfois un peu plus tôt ou un peu plus tard. Vouloir le rendre propre à 9 ou 12 mois relève du défi. Et la réussite ne tient qu'au conditionnement de la mère qui s'est attachée à surveiller son enfant de très près, et non véritablement à l'enfant.

L'apprentissage de la propreté n'est pas conditionné uniquement par le contrôle des sphincters. Il faut également prendre en compte la maturation "intellectuelle", qui permet à l'enfant de comprendre ce qu'on lui demande et de s'exprimer, et la maturation affective qui consiste, en étant propre, à faire un "cadeau" à maman.

Chaque chose en son temps

Cela ne viendrait à l'idée d'aucun parent de faire marcher son bébé à trois mois, alors pourquoi s'acharner sur le pot ? Un apprentissage trop précoce peut avoir des répercussions ultérieures (constipation, par exemple).

A un an, le petit enfant a d'autres choses en tête que de rester des heures entières assis en attendant que cela se passe ! Il découvre le monde qui l'entoure, fait ses premiers pas. Le moment n'est pas idéal pour apprendre à être propre. Mieux vaut attendre qu'il ait acquis son autonomie dans la marche.

En revanche, il faut profiter des beaux jours, des vacances à la campagne ou au bord de la mer pour lui enlever ses couches et le laisser en petite culotte.

Enfant Sur Le Pot
© istock

Un objet à découvrir

L'apprentissage de la propreté peut débuter simplement en montrant le pot à l'enfant vers quinze mois. Il le retournera dans tous les sens, étudiera cet objet inconnu pour lui et s'en servira peut-être même... de chapeau ! Tant pis s'il n'en fait pas l’usage attendu, au moins il le connaîtra.

Ensuite, vers dix-huit mois, mettez-le sur le pot tous les matins, après son petit déjeuner. C'est bien souvent à cette heure que le transit intestinal se met en route. Laissez-le quelques minutes seulement pour l'habituer. Et n'oubliez pas de l'applaudir et de le féliciter encas de réussite. Cela l'encouragera à recommencer.

Petit à petit, apprenez-lui à aller sur le pot après chaque repas, toujours quelques minutes. Sans plus de contraintes, vous verrez qu’en un à deux mois de temps votre "bébé" deviendra un grand.

Et plutôt que de l'abasourdir avec en permanence des « fais plaisir à maman, fais sur le pot », « tu sais, c'est plus propre et plus pratique », pourquoi ne pas jouer plutôt la corde de l'imitation. A 18 mois, l'enfant commence à vouloir imiter les grands. Profitez-en. Pour le motiver à devenir propre, dites-lui plutôt : « Si tu fais sur le pot, tu seras un grand ». Pensez à la petite récompense, la première fois que "ça marche" ! Et au coup de téléphone à papa au bureau et à la grand-mère pour la rassurer sur l'état de santé de son petit chérubin !

Pas d'erreur !

Pressés de voir disparaître le budget changes complets, bien des parents sont prêts à tout pour voir leur enfant devenir propre le plus tôt et le plus vite possible. Mais à force de vouloir faire bien, on fait parfois mal. Certaines attitudes, adoptées par les parents et considérées par eux comme sans importance, peuvent cependant blesser l'enfant.

  • Les punitions à répétition parce qu'il ne fait pas sur le pot ou prévient mais, hélas ! quand c'est déjà trop tard.
  • Forcer l'enfant à rester assis sur le pot pendant des heures.
  • Le faire attendre dix minutes quand il dit « j'ai envie » car, pour lui, c'est tout de suite. Au début de l'acquisition de la propreté, il n'est pas forcément capable d'attendre.
  • Lui faire honte ou l'humilier en cas d'accident. Ce sont des choses qui peuvent arriver !

Il joue les bébés

A l'opposé, même si vous n'êtes pas obnubilée par le pot et s'il n'est toujours pas propre à trois ans, ne le confortez pas dans son attitude de bébé en lui laissant des couches (d'autant qu'elles sont, aujourd'hui, de plus en plus absorbantes et que l'enfant, même mouillé, est au sec !).

Ce petit coquin vous fait enrager, vous pouvez sévir légèrement. Et, surtout, retirez-lui ses couches. De toute façon, il vous reste un an avant l'entrée à l'école pour qu'il devienne propre. L'école maternelle peut également servir de déclic.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires