Vernis pour enfant : est-ce toxique ?

Vernis Pour Enfant Toxique
De plus en plus jeunes, les petites filles demandent du vernis à ongles à leur maman et plus encore si celle-ci en met régulièrement. L’attrait de la couleur et le mimétisme n’y sont pas pour rien. Connaissant la toxicité du vernis à ongles, de nombreuses mamans refusent de céder… Depuis l’apparition du vernis à l’eau réputé non toxique, les choses changent et vous hésitez moins. Alors, est-il vraiment moins dangereux ?

Le vernis : un engouement de plus en plus précoce

Vernis Pour Enfant Fille
© Istock

Que ce soit pour imiter maman ou des personnes proches ou qu’elle soit influencée par des émissions de télévision ou autre… la petite fille n’attend pas très longtemps pour vous réclamer du vernis à ongles. Bien entendu, le vernis de maman étant toxique, hors de question de prendre ce risque.

Certains l’ont bien compris et des vernis spécialement conçus pour les enfants sont maintenant en vente. Ils sont réputés non dangereux et ne contiennent aucune substance toxique ou produit chimique. Il se lave tout simple sous l’eau tiède et avec du savon. La petite fille peut en mettre et ensuite sucer son pouce tranquillement, c’est ce que promettent les fabricants, mais qu’en est-il vraiment ?

Vernis à l’eau : est-il vraiment inoffensif ?

Vernis Mains Enfant
© Istock

C’est une question que vous vous posez certainement comme de nombreux parents. Et cette question est très compliquée puisque les fabricants ne mettent pas forcément la composition complète de ces vernis pour enfant ou alors les noms qui figurent restent un mystère pour vous et pour le grand public en général.

Faisons le point sur les vernis pour enfants :

Il existe deux types de vernis pour petites filles : le vernis à l’eau et le vernis biodégradable existant en version hypoallergénique.

Le vernis à l’eau : les fabricants basent leur communication sur le fait que dans ces vernis, le solvant serait remplacé par de l’eau. C’est ce qui explique qu’il ne dégage pas d’odeur et que vous ayez la possibilité de l’enlever sans produit particulier, juste à l’eau et au savon. Certains sont même peel-off, ce qui signifie qu’il peut simplement être décollé en une seule fois sans aucun produit.

Les vernis biodégradables : si à la base, ils ne sont pas spécifiquement dédiés aux enfants, ils peuvent être recommandés, car ils présentent une formule sans formaldéhyde, phtalates et toluène. Ils sont donc réputés être sains et sans toxicité. Il existe également une formule hypoallergénique pour les petites filles les plus sensibles.

Qu’en est-il vraiment ?

Si l’on en croit le docteur Robert Garnier, chef de service du centre antipoison de Paris qui répond à cette question, ce n’est pas vraiment certain.

Pour lui, les vernis à l’eau ne sont pas réellement moins dangereux que les vernis à ongles classiques. Parler de vernis à l’eau serait selon lui un élément de langage marketing, destiné à rassurer les parents, plus qu’une réalité. En fait, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, il existe peu de différence entre le vernis à ongles pour adultes et celui pour enfant. La seule qui soit bien réelle serait due à la teneur et à la nature des solvants utilisés dans sa fabrication.

Le fait que le vernis à ongles pour enfant en contienne moins ne signifie pas qu’il n’y en a plus du tout et qu’il soit moins toxique. En relevant la composition de différents vernis pour enfants présents sur le marché, le médecin a constaté que la composition de ces produits garde une part de mystère, puisque celle-ci n’est pas très précise. En particulier, il relève que certains ingrédients peuvent en dissimuler plusieurs.

Il conseille plutôt d’utiliser du vernis traditionnel et l’explique de la façon suivante : les solvants, une fois que le vernis est complètement sec, s’évaporent complètement. Ce n’est pas le cas dans le vernis à l’eau qui certes dégage moins d’odeur, mais pour lequel les solvants restent persistants sur une durée plus longue.

Il faut cependant rester vigilant en choisissant votre vernis à ongles. En effet, toujours d’après le docteur Robert Garnier, les anciens vernis à ongles traditionnels présentaient une composition dangereuse pour la santé. On trouvait en particulier des additifs, comme le formaldéhyde, destinés à durcir les ongles et en quantité importante. Il estime que ce n’est plus le cas maintenant, et ce, depuis 1996, période à laquelle la Commission européenne impose que la concentration en additifs ne dépasse pas 5% dans les vernis à ongles.

Inhaler des solvants même en petite quantité n’est pas bon pour la santé, il faut cependant savoir qu’ils sont présents dans de nombreux produits ménagers comme les colles, les cires, les lave-vitres… et cosmétiques. L’application de vernis ne dégage pas une toxicité suffisante pour être réellement nocive, à condition toutefois que l’application ne soit pas régulière et fréquente. Vous pouvez, d’après le docteur Robert Garnier mettre du vernis classique à votre enfant tant que cela reste occasionnel et que vous l’appliquez dans une pièce bien aérée, conseil qui vaut également pour l’application du vernis à l’eau.

Le caractère exceptionnel est particulièrement important et il faut le faire comprendre à votre fille. C’est en effet la fréquence des applications du vernis, quelle que soit sa nature, qui est dangereuse à terme parce qu’elle peut entrainer une surexposition aux solvants d’autant plus si vous en utilisez déjà chez vous.

A lire aussi : Le pica c'est quoi ?

Qu’en est-il des dissolvants ?

Il est très difficile de parler de vernis à ongles sans parler des dissolvants, surtout si finalement votre petite fille vous réclame du vernis seulement deux ou trois fois dans l’année et que vous optez pour un vernis traditionnel.

Les dissolvants étant la plupart du temps aujourd’hui sans acétone, on a tendance à penser qu’ils sont inoffensifs, mais ce n’est pas le cas, comme le précise le docteur Garnier d’ailleurs. Il faut savoir que l’acétone est très volatile et dégage une forte odeur, mais ce n’est pas le plus dangereux des solvants. Ce qui ne signifie pas que le mix vernis classique et dissolvant est équivalent au vernis à l’eau. En fait, tout dépend de la composition des dissolvants, du vernis classique et du vernis à l’eau, composition qui peut varier énormément d’un produit à l’autre.

À lire aussi : Comment enlever votre vernis à ongles sans dissolvant ?

Comment minimiser les risques ?

Petite Fille Vernis
© Istock

Le mieux pour que le risque soit peu élevé est d’autoriser votre petite fille à mettre du vernis que de manière occasionnelle. Il faut lui expliquer pourquoi et quels pourraient être les effets sur sa santé. Et vous aurez alors plaisir à partager un moment entre filles avec votre petite princesse sans lui faire courir de risque. Un autre argument consiste à lui expliquer que l’application régulière de vernis abimerait ses ongles.

Vous pouvez alors opter pour un vernis pour enfant, à l’eau ou un vernis hypoallergénique. Il est également possible de prendre votre vernis à ongles traditionnel et un dissolvant à base d’huile et de soja qui est moins toxique.

Vous respecterez certaines règles :

  • Application dans une pièce très aérée ou dans le jardin.
  • Vous n’autoriserez jamais le vernis avant 5 ans, en effet, avant, les ongles de l’enfant comme sa peau sont fragiles, sensibles et souples. Le vernis peut alors provoquer des rougeurs et des irritations.

Ce qu’il faut savoir

La DGCCRF, Direction du commerce et de la répression des fraudes a mené une enquête en 2009 qui a démontré que tous les produits commercialisés sur le marché ne répondaient pas aux normes en vigueur. 10% des durcisseurs et vernis qui ont été analysés présentaient des concentrations de formaldéhyde supérieures aux 5% autorisés, et des phtalates interdits. Les échantillons ont été prélevés dans 200 points de vente. Les échantillons mis en cause provenaient principalement des petits magasins, des braderies, des marchés et des solderies. Il faut donc se méfier des vernis à prix très bas, mais rester vigilante, parce que comme l’avait démontré une enquête de 60 millions de consommateurs, certaines grandes marques vendaient des produits plus nocifs que des petites marques moins coûteuses. Regardez toujours attentivement la composition.

À lire également : Lunettes de soleil : vos enfants sont les premiers concernés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.