Le yoga pour enfant : tout savoir pour faire des petits cours à la maison

Yoga Enfant
Les petits font du yoga sans le savoir ! À plat ventre sur sa table à langer, le nourrisson relève la tête : c’est le cobra. Pour s’amuser, l’enfant fait la chandelle : c’est le Sarvangasana. Il aide l’enfant à connaître son corps, à se détendre, à se concentrer. Voici quelques postures de yoga à apprendre à votre enfant.

Yoga : peu de contre-indications et beaucoup de bienfaits pour les enfants

Le yoga sollicite les articulations, les muscles, les os. Une vérification chez le médecin est conseillée. Les contre-indications sont rares : en cas de problèmes cardiaques ou oculaires graves (grande myopie ou cataracte congénitale), les postures sur la tête sont déconseillées. Elles provoquent un afflux de sang important au niveau du cerveau et du cœur. En cas de scoliose, les exercices nécessitant des flexions avant sont délicats à réaliser.

Une séance régulière de yoga équilibre les enfants. Elle calme les hyperactifs, tonifie les indolents et les hyperlaxes. Elle aide les introvertis à devenir sûrs d'eux.

À lire aussi : Le yoga prénatal

Préparer la séance

On aménage la pièce : il faut éloigner table, chaise, bibelot pour ne pas se blesser. Penser à aérer, à débrancher le téléphone. Côté ambiance, un fond musical aide l'enfant à se relaxer. Prévoir un petit tapis pour lui... et pour vous, c'est plus confortable.

On choisit le moment : la fin de journée afin d'amorcer une soirée calme, ou le week-end en fin de matinée sont des moments privilégiés. Une régularité est conseillée. Les séances n'ont pas besoin d'être longues : dix à vingt minutes, en fonction des désirs de l'enfant et de sa capacité de concentration.

À éviter : le matin, au réveil, l'enfant est peu souple. Juste après un repas : ce n'est pas agréable de faire de l'exercice en pleine digestion.

On s'habille confortablement : l'enfant doit se sentir à l'aise dans ses vêtements. Ces derniers ne doivent pas l'entraver dans ses mouvements. L'idéal est de porter du coton. A éviter : le synthétique, le port d'une ceinture.

Yoga Enfant Mere Fille
© istock

Apprendre les rudiments du yoga à l’enfant

Voici quelques-unes des principales postures à connaître.

1. Les postures de base

La chandelle : l'enfant est allongé sur le dos, les bras de chaque côté du corps, les jambes écartées. Il soulève son bassin, place ses mains dans le bas de son dos et lève ses jambes vers le ciel

Conseils aux parents : veillez à ce que sa tête soit dans l'alignement de son corps.

Vous pouvez placer votre genou contre son sacrum pour maintenir son bassin. Aidez-le à étirer ses jambes.

Ses atouts : elle permet une bonne circulation sanguine vers le cœur et une meilleure irrigation de la poitrine, du cou et des poumons. Elle est apaisante.

La charrue : allongé sur le dos, l'enfant plie ses genoux jusqu'à ce qu'ils touchent son front. Puis, il tend ses jambes par-dessus sa tête, afin que ses orteils touchent le sol.

Conseils aux parents : aidez votre enfant à prendre la posture en plaçant une chaise derrière lui, sur laquelle il posera ses orteils.

Ses atouts : la charrue étire la colonne vertébrale, les muscles du dos et de l'arrière des jambes.

La roue : étendu sur le dos, l'enfant allonge ses bras derrière la tête, paumes vers le plafond. Il plie ses coudes, pose ses paumes sur le sol, près des épaules.

Il soulève son dos, ses fesses et sa tête, et regarde le sol. Il tient en appui sur ses mains et ses pieds.

Conseils aux parents : veillez à ce que ses pieds, ses genoux et son bassin soient alignés.

Ses atouts : elle détend le cou, tonifie le système nerveux et assouplit la colonne vertébrale.

2. Les postures de relaxation

La posture de l'enfant : il est assis les fesses sur ses talons. Il pose son front sur le sol devant lui, ses bras le long du corps, paumes tournées vers le haut.

Conseils aux parents : veillez à ce que le poids de son bassin repose sur ses talons et son front sur le sol. Votre enfant a un peu de ventre : proposez-lui d'écarter les genoux, ce sera plus confortable.

Ses atouts : cette posture recentre l'enfant sur lui. Elle agit comme une mémoire fœtale lui rappelant la matrice dans laquelle il a vécu neuf mois.

Savasana : l'enfant est allongé sur le dos, jambes et bras écartés, paumes vers le plafond. Ses yeux sont fermés.

Conseils aux parents : cette posture est à proposer en début et en fin de cours.

Ses atouts : elle calme et recentre sur soi.

Bébé Krishna : l'enfant est allongé sur le ventre, la tête tournée vers la gauche, le bras droit étiré au-dessus de sa tête. La jambe et le bras gauche sont repliés à 90°c.

Conseils aux parents : elle est à proposer en début et en fin de séance.

Ses atouts : cette position repose le dos.

Petite Fille Yoga Enfant
© istock

3. Les techniques de respirations

Il y a celles qui libèrent les tensions :

Le lion : l'enfant est debout, jambes écartées, épaules rentrées. Il inspire par le nez et expire en ouvrant la bouche et en tirant la langue, en faisant "aaa". En même temps, il baisse ses épaules et étire ses bras vers le bas. A faire trois fois.

Le bûcheron : l'enfant est debout, pieds écartés. En inspirant, il monte ses bras tendus, doigts entremêlés au-dessus de sa tête, en regardant vers le plafond. Il expire en pliant les genoux et en faisant tomber ses bras entre ses jambes d'un coup sec. A faire trois fois

Et celles qui détendent :

L'alternée : assis en tailleur, yeux fermés, l'enfant bouche sa narine droite et inspire, puis expire par la gauche en comptant jusqu'à trois, cinq fois de suite. Idem avec la narine gauche.

Le bourdonnement de l'abeille : assis, à genoux ou allongé, l'enfant se bouche les oreilles et ferme les yeux. Il inspire et expire à fond, en faisant résonner le son "mmm". A faire cinq fois

À lire également : Le Yoga Ashtanga : qu'est-ce que c'est ?

Yoga enfant : On commence les séances !

Démarrez la séance par un étirement du corps (comme un chat). Proposez à l'enfant des exercices de respiration, des postures de base et des relaxations. Il est important de varier pour ne pas le lasser.

Avant dix ans, l'enfant ne tient pas long- temps la même posture. On peut aussi se focaliser sur de la relaxation s'il est tendu, ou des respirations s'il a besoin d’améliorer sa concentration. Il est aussi important de lui laisser une aire de liberté pour réaliser les postures qu'il préfère ou en inventer d'autres.

À lire aussi : Hypnose chez l’enfant : est-ce efficace ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.