Comment bien vivre sa sensualité

Plaisir Sensualité
On aime goûter, toucher, voir, entendre, sentir… la sensualité se nourrit chaque jour de « petits riens » qui nous montrent le chemin du plaisir et du bien-être.

Nous sommes tous des sensuels !

Nous développons notre sensualité dès notre plus tendre enfance, grâce aux câlins de notre maman, aux saveurs des plats mitonnés par grand-mère, aux mélodies berçant nos siestes, à la douce odeur des fleurs du jardin…

Tout comme le langage, la sensualité s'apprend, mais encore faut-il se poser les bonnes questions... ce qui n'est pas toujours le cas. La raison en est simple : notre éducation, notre religion, notre culture et les événements de notre vie nous dictent ce qu'il est "bien" de ressentir, nous éloignant parfois, ou souvent, de ce qui est "bon" pour chacun d'entre nous. Notre sens du goût, par exemple, est souvent contrarié par le modèle de la minceur. Par envie de maigrir, beaucoup d'entre nous se privent, n'écoutant plus les besoins de leur corps.

Ces restrictions punissent notre sensualité : pour perdre ses quatre kilos en trop, Mylène raconte qu'elle suivait un régime strict toute la journée. Et, en rentrant, le soir, elle "craquait" souvent pour des mets qu'elle n'appréciait pas forcément mais qui lui apportaient un peu de réconfort : « Du coup, non seulement j'ai eu un mal fou à maigrir, mais je n'arrivais plus à manger ce que j'aimais vraiment, même en petites quantités, de peur de regrossir ! »

Autre exemple avec la vue : entre les corps dénudés qui s'étalent dans les publicités et la télé-réalité, tout voir et tout montrer est devenu banal. Pour trouver, ou retrouver, le chemin de l'émotion, il faut apprendre à se servir de ses sens pour se faire plaisir.

Plaisir Sensualité Femme
© istock

Apprenez à lâcher prise

Imaginez : à midi, vous avez mangé un sandwich sur le pouce, calé devant votre ordinateur, l'esprit occupé par tout ce que vous aviez encore à faire dans l'après-midi. Résultat : vous avez probablement oublié le goût de ce que vous avez mangé et votre stress n'a pas diminué. Autre scénario : vous vous posez, ne serait-ce que dix minutes, en vous concentrant simplement sur la saveur des mets que vous dégustez. En laissant à votre corps le temps de ressentir son plaisir, vous vous offrez la possibilité de vous détendre. Car plus on prend du plaisir, plus le tonus musculaire baisse et plus on se relaxe.

Ainsi, en développant votre sensualité, vous pouvez apprendre à "lâcher prise" d'une façon très simple. Il faut juste vous entraîner un peu, faire confiance aux sensations que vous éprouvez et vous convaincre que le plaisir ne vient pas que des grandes émotions. Ni même que la sensualité demande du temps et des moyens : pas la peine d'attendre le week-end ou les vacances pour goûter à tous les petits plaisirs qui s'offrent à vous.

Ne placez pas la barre trop haut : vous êtes trop occupé pour prendre un bain aux huiles essentielles ? Tant pis : optez pour la douche, en jouant à varier l'intensité du jet pour trouver celle qui vous plaît le plus. Utilisez un savon dont l'odeur et la texture taquinent agréablement votre peau et votre nez.

Concentrez-vous sur les sensations qu'éprouve votre corps, afin de vivre pleinement l'instant présent, sans penser à ce que vous devez accomplir après. Chaque chose en son temps !

Laissez-vous aller à la contemplation active : en allant au travail, observez le paysage, remarquez ce qui change, photographiez (avec l'esprit) ce qui vous plaît et ce qui vous amuse. Lorsque vous faites le marché, prenez quelques secondes de plus pour choisir les fruits et les légumes : touchez-les, regardez-les et sentez-les. Quoi de plus enchanteur qu'un bel abricot, tendre sous les doigts et qui fleure bon l'été ?

Le plaisir des sens s'exerce et se partage aussi en famille et avec les amis. En allant à l'école, proposez à vos enfants ce petit jeu : se mettre face au vent et exprimer, l'un après l'autre, ce que l'on ressent. Est-il doux, chaud, frais, cinglant ? Est-ce que c'est plaisant ou non ? Vous serez peut-être étonné de constater à quel point le ressenti de chacun varie. C'est normal : le plaisir est une notion très personnelle.

Privilégiez les instants câlins avec eux : cela leur apprendra aussi la joie du toucher. Essayez de ne pas dîner à la va-vite, devant la télévision, car vous passeriez sur un moment qui met tous les sens à la fête : une jolie table, un éclairage qui valorise les mets dans l'assiette, une pincée d'épices dans la sauce de la salade, les petites histoires que chacun a à raconter... Tous ces exemples prouvent que la sensualité, c'est un moyen de vivre le plaisir et non pas une façon de penser au plaisir. Car, alors, on ne fait souvent qu'y... penser !

Calin Enfant
© istock

Partagez le plaisir

Un éclat de rire, une main dans les cheveux... la sensualité est séduisante car elle donne à voir le plaisir qu'a l'autre d'être bien dans son corps. Dans un rapport amoureux et, surtout, dans la sexualité, la sensualité tient lieu d'une véritable conversation des sens. Plus on apprend à s'en servir dans la vie quotidienne, plus on a de facilité à y avoir recours dans la sexualité. C'est pour cela que j'interroge toujours mes patients sur ce thème (couleur, plat, parfum préférés.) car, en me faisant une opinion sur l'usage qu'ils font de leurs sens, je peux savoir s'ils savent, ou non, se faire plaisir.

C'est là la clef d'une sexualité épanouie, à laquelle nous pouvons accéder en nous détachant de nos pensées pour revenir à ce que ressent notre corps. Par exemple, nous vivons tous des moments où nous n'arrivons plus à nous laisser aller au plaisir : une simple caresse agace la peau. A contrario, en nous concentrant sur ce que nous ressentons, la même caresse va se diffuser dans tout le corps et provoquer le plaisir. Pour trouver l'accord des sens avec votre amoureux(se), ne lui faites que ce qu'il vous demande, en utilisant des synonymes du mot "toucher", comme "Caresse-moi l'épaule" "Mordille mon oreille", "Goûte ma peau"... Vous découvrirez dans quel registre d'envies l'autre est à l'aise. Par retour, exprimez votre contentement ou votre mécontentement en guidant les caresse : "J'aime" ou "Je n'aime pas".

Sensualité Couple
© istock

Accordez vos désirs

Quand vous avez réussi à trouver l'harmonie, passez à une expression non-verbale : un baiser qui claque, un soupir... C'est d'autant plus important que ce qui est agréable pour l'un ne l'est pas forcément pour l'autre : quand vos sens sont mal accordés, c'est là qu'il peut y avoir conflit ou problème dans la sexualité. N'oubliez pas non plus de choyer tous vos sens, même s'il y en a toujours un ou deux que l'on préfère. Ce n'est pas grave.

Si, par complexe, vous éteignez toujours la lumière, vous faites l'impasse sur un sens essentiel qui participe au plaisir : la vue. Essayez de garder un contact visuel, même très doux, en concoctant, pourquoi pas, un éclairage à la bougie. Ensuite, vous pourrez toujours vous faire des câlins dans le noir, mais ce sera par goût, pas par peur d'être vu.

Rétablir l'équilibre entre les sens peut changer beaucoup de choses dans la relation, comme le dit Émilie, qui a accepté d'allumer une petite lampe malgré son angoisse de se montrer à son mari : « Après mes deux grossesses, j'avais beaucoup grossi. Même s'il me disait que cela ne changeait en rien son désir pour moi, j'ai préféré me couper du plaisir d'être regardée et de celui de le regarder par peur qu'il ne veuille plus de moi. Finalement, je lui ai fait confiance, et j'ai retrouvé de la tendresse pour mon corps. Et comme je n'étais plus focalisée sur mon angoisse d'être vue (et de me voir), cela m'a permis de me détendre et d'accéder plus facilement au plaisir. »

Alors, laissez parler vos sens, ils vous permettront d'être plus fidèles à ce que vous aimez véritablement.

À lire aussi : Frigidité : définition, symptômes et témoignages

Cultivez les émotions positives

  • Jouez à rechercher les odeurs agréables de votre enfance, des sons familiers, des goûts que vous aimez. Cela vous permettra d'avoir accès, sur simple demande, à ce que l'on appelle "des ancrages", des réactions automatiques et inconscientes à un stimulus : si vous avez dansé avec votre premier flirt sur une musique précise, chaque fois que vous l'entendrez, même sans avoir de souvenir conscient, vous ne pourrez pas vous empêcher de ressentir une certaine émotion.
  • Nous pouvons tous cultiver ces "ancrages", mais aussi les créer. Comment ? Par exemple, pour me détendre, j'écoute une musique de relaxation en respirant de l'huile essentielle de mandarine et... je pars à mon entretien d'embauche avec une goutte de la même huile sur le poignet. Cette technique très simple donne des résultats étonnants pour se calmer dans des situations stressantes. D'ailleurs, de nombreux sportifs sont coachés avec des ancrages de ce type. Il existe bien sûr des ancrages négatifs : ceux-là, évitez de les réveiller !

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires