Qu’est-ce que la psychogénéalogie ?

Psychogénéalogie
La psychogénéalogie s’appuie sur les croyances que nos problèmes de santé ou traumatismes puissent avoir pour origine les traumatismes vécus par nos ancêtres. Et si nos cauchemars, nos échecs et nos pathologies étaient en fait liés au passé ? Décryptage d’une technique qui s’est développée ces dernières années.

Psychogénéalogie, définition

Ces dernières années, l'intérêt pour les origines familiales a explosé et de nombreux sites, livres, ou associations permettent d'en savoir plus sur ses ancêtres et ses origines. Cela peut venir d'une envie de retrouver ses racines, à une époque où la cellule familiale à proprement parler a tendance à être mise à mal, voire complètement détruite. C'est de là que la psychogénéalogie tire sa source et c'est l'une des raisons pour lesquelles elle est particulièrement populaire aujourd'hui. Cette méthode est pratiquée par des psychothérapeutes spécialisés et se sert des bases de la recherche généalogique.

Le principe de la psychogénéalogie est de découvrir, chez leurs ancêtres, des événements qui pourraient avoir un certain écho avec les problèmes, troubles rencontrés par les personnes. On peut se demander comment un fait, qu'il soit positif ou négatif, peut avoir des conséquences sur la vie des descendants, plusieurs générations plus tard. Si parfois, ce phénomène peut s'expliquer par la transmission orale, sur deux ou trois générations, lorsque les événements datent de plusieurs siècles et sont inconnus de tous, cela devient plus mystérieux.

Cette technique est assez intrigante et laissent la science dans le flou. Pourtant, cela donne parfois des résultats assez étonnants. De plus en plus de thérapeutes y ont même recours, même des médecins.

A l'époque, Sigmund Freud avait déjà parlé d'une âme collective, tentant d'expliquer ainsi la transmission de l'inconscient d'un individu vers l'inconscient d'un autre. C'est surtout Carl Gustav Jung qui, avec sa théorie de l'inconscient collectif, ouvre vraiment la voie de l'approche transgénérationnelle. D'autres psychologues et psychothérapeutes ont également développé des théories sur cela.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Une grande majorité de psychothérapeutes, en France, ont suivi la formation d'Anne Ancelin-Schützenberger et utilisent donc sa méthode de psychogénéalogie transgénérationnelle. Souvent, il est demandé aux patients de dessiner un arbre généalogique. La façon dont les ancêtres sont placés (en haut ou en bas) peut être intéressant. Il est intéressant d'y placer tous les grands événements de la vie des ascendants (mariage, décès, naissances, déménagements, etc.). Cela peut commencer en interrogeant les membres de sa famille puis, le travail peut aller plus loin, à l'aide des registres des mairies, d'enquêtes dans les régions d'origine voire de l'aide d'un généalogiste spécialisé.

Certains thérapeutes travaillent directement au domicile des personnes, en famille. De nouvelles techniques apparaissent aussi comme la psychogénéalogie et constellation familiale, développée par un psychanalyste allemand, Bert Hellinger. Cette fois, cela fonctionne comme un travail de groupe : durant la séance, certaines personnes jouent le rôle de membres de la famille d'un individu et cela aide à rendre plus concret ce que Hellinger appelle le « champ d'énergie » familial.

Généalogie Psychologie
© istock

Pour qui est faite la psychogénéalogie ?

Il est tout à fait possible d'entreprendre une démarche de psychogénéalogie sans demande spécifique, simplement pour son développement personnel. Mais c'est surtout une méthode qui a fait ses preuves, et qui est donc conseillée, en cas de deuils compliqués ou non faits, de traumatismes que l'on peine à verbaliser ou à surmonter aussi. Il s'agit d'une méthode d'investigation assez rapide : en quelques heures, vous pouvez découvrir et comprendre l'origine de certains problèmes. Il sera donc possible de les travailler car les connaître, c'est bien, mais les guérir, ce n'est pas toujours simple.

Les personnes souffrant de traumatismes familiaux peuvent tirer des bénéfices de ce genre de méthodes, de par un travail en groupe permettant, parfois, de recréer la raison de leur traumatisme (décès d'un proche à qui l'on n'a pas eu l'occasion de dire au revoir, dispute, etc.). Il est possible d'analyser et de jouer sur une sorte de « psychohistoire » pour briser le cercle des répétitions. Cela se nomme alors la « reconstruction familiale ».

C'est un travail accessible à tous, une vraie démarche thérapeutique, même si ce n'est pas une thérapie familiale dans le sens premier du terme.

Psychogénéalogie, vraie méthode ou simple coïncidence ?

Si certains y voient une façon révolutionnaire d'expliquer certains phénomènes étranges, d'autres, en revanche, pensent que la psychogénéalogie s'appuie surtout sur des coïncidences. Pour réfuter l'efficacité de la psychogénéalogie, ils mettent en avant le fait que lorsque l'on cherche quelque chose, on finit toujours par trouver ! En effet, dans cette méthode, les causes de certains troubles ne sont données qu'à posteriori, de façon à expliquer l'origine des troubles. En somme, il est souvent souligné que les psychogénéalogistes trient les données et ne gardent que celles qui peuvent les intéresser. En somme, certains affirment que les liens établis entre les troubles des ancêtres et les troubles de leurs descendants sont surtout fondés sur des coïncidences. Par exemple, au niveau des dates de naissance : il y a 97% de chances que, dans un groupe de 50 personnes, deux d'entre elles partagent la même date d'anniversaire...

De plus, la pratique peut en être controversée car les personnes qui dispensent ce genre de « séances » n'ont pas toujours de formation en psychologie (bien que cela arrive). Ce sont souvent des art-thérapeutes ou encore des coachs de vie qui deviennent psychogénéalogistes. Il suffit pour cela de suivre une formation, qui dure entre 5 et 12 jours et coûte en moyenne 2000 euros. Les cours peuvent même être dispensés à distance. De fait, ces personnes ont peu de connaissances sur les causes des maladies et cela peut parfois être compliqué. Et leurs clients peuvent donc s'enfermer dans ce genre de méthodes et ne pas suivre de thérapies rigoureuses en cas de maladie plus sérieuse, ce qui peut vite devenir un problème...

En somme, la psychogénéalogie fait de plus en plus d'adeptes bien que cela reste, pour certains, une pratique très controversée et pas forcément la plus digne de confiance, pour soigner des traumatismes ou des troubles pathologiques.

À lire aussi : Morphopsychologie : Ce qu'elle apporte à la consultation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.