Pollution, fumée, lumière : ces crèmes pour les « citadines »

Crème Visage Pour Citadines
On en parle beaucoup et on les connaît peu. Mais qu’ont-elles de plus que les autres, ces fameuses “crèmes des villes” ? Avec leurs actifs très pointus, elles semblent être la bonne réponse aux attaques de la pollution sur la peau. Vérification.

Soins d'un genre nouveau, ces crèmes auraient-elles la prétention de tout réinventer ? Pas tout à fait. Notre peau est, depuis toujours, notre premier vrai système d'autodéfense face aux attaques répétées des éléments. Rayons ultraviolets essentiellement, mais aussi changements brusques de température, vent, air humide ou très sec, climatisation mettent l'épiderme à rude épreuve. Si l'on ajoute à cela de nombreux polluants, nos cellules ont fort à faire pour rester saines. Détoxification et anti-oxydation sont les deux principales armes naturelles de notre organisme pour lutter nuit et jour. Mais quand les attaques sont trop nombreuses, les crèmes portant le nom de "citadines" entrent en scène...

Des agents très spéciaux

La lumière, le soleil sont indispensables à la vie, mais ils sont aussi la principale cause de la production de radicaux libres... et donc du vieillissement cutané. A forte dose, ils se transforment en agresseurs. A l'origine de notre triste mine s'ajoutent toutes sortes de polluants : les gaz d'échappement (dioxyde et monoxyde de carbone ou d'azote, protoxyde d'azote, plomb), les fumées d'usines (dioxyde de soufre, méthane, acide chlorhydrique), la cigarette et son nuage de nicotine et d'hydrocarbures, mais aussi le bon feu de cheminée et sa kyrielle de cendres, suie, minéraux et mercure qui, tous, déposent sur notre épiderme des microparticules asphyxiantes. En se mélangeant au sébum, elles génèrent radicaux libres et toxines sous l'effet des U.V. Saturés, nos systèmes de défense et de détoxification ne sont plus aussi efficaces. Dans l'air, la concentration de cette pollution se mesure en microgrammes par mètre cube. Mais si elle semble plus faible au milieu des espaces verts et des plans d'eau, elle ne disparaît pas totalement. Dès que plusieurs facteurs s'accumulent, l'équilibre de la peau est forcément menacé.

Crème Visage Citadines
© istock

La peau, un bouclier vital

Petite merveille d'efficacité naturelle, l'écosystème cutané présente en fait une double protection : en surface, le statum corneum est la première barrière contre toutes sortes d'agressions extérieures. S'y ajoute le rôle de la flore microbienne qui constitue un second barrage microbiologique contre l'apparition et la prolifération de micro-organismes nuisibles.

C'est de l'état de cette flore que dépend la bonne protection immunitaire de la peau. Cette dernière lutte, le jour, contre les agents polluants afin d'éviter une oxydation des cellules. La nuit, elle élimine les toxines de la journée.

Mais en cas d'excès d'agressions, la peau, stressée, saturée ne peut plus se détoxifier correctement. Avec le temps et en l'absence d'une bonne protection, elle finit par s'oxyder, un peu comme si elle se couvrait de rouille !

A l'origine de cette réaction, on trouve les radicaux libres qui altèrent toutes les cellules avec lesquelles ils entrent en contact. La fonction pare-chocs de l'épiderme n'est plus assurée correctement et le vieillissement prématuré s'accélère.

Les peaux sèches manifestent une déshydratation excessive, un teint terne et rugueux. Les plus sensibles sont échauffées, tiraillent et démangent, tandis que les plus grasses laissent apparaître des imperfections. Cette désorganisation se traduit par une réaction inflammatoire. C'est cette réaction en chaîne qui entraîne l'oxydation des cellules. L'épiderme et le derme perdent leurs qualités de thermorégulation, d'hydratation, d'élasticité et de douceur, le teint est moins lumineux. Bref, rien ne va plus.

À lire aussi : Peau agressée, c'est le début des problèmes !

Formules ciblées, soins doués

Sauf si vous avez la chance de vivre au milieu des alpages, personne, même à la campagne, n'échappe au phénomène de l'ozone qui se transforme en oxydant à basse altitude. Sous l'effet de la lumière associée au dioxyde d'azote de la plupart des fumées, la quantité d'ozone y augmente significativement et la peau subit des agressions. Nous sommes donc toutes touchées par la pollution et intéressées par les crèmes qui nous en protègent.

Si une bonne crème hydratante basique garde toujours ses vertus, elle ne suffit plus. Les soins citadins se montrent précieux, sans oublier qu'ils s'inscrivent dans un protocole complet comprenant démaquillage soigneux et exfoliation hebdomadaire éliminant en profondeur toutes les substances étouffantes.

Surprotecteurs, ces soins renferment des actifs capables de prévenir la formation d'oxydants, d'interrompre le phénomène en cours et d'en réparer les méfaits. Vitamines C et E, bêta-carotène, extraits de thé vert, dérivés de vitamine B6, extraits de pépins de raisin ou d'algues sont les actifs phares de cette super-protection. Ils réduisent les réactions d'irritation 'ou d'inflammation. Riches en acides gras essentiels et en minéraux, ces crèmes nourrissent la peau au sens propre du terme et sont aussi capables de stimuler la production de collagène et d'élastine. Pour lutter efficacement contre les assauts de la pollution, plongez chaque matin dans ces élixirs de plus en plus complets et doués...

Crème Visage Anti Pollution
© istock

Principes très actifs, des pistes à suivre

Concentré d'antioxydants. Certains fabricants ont concocté une formule surdouée avec huit anti-oxydants, des hydratants et un filtre U.V. SPF 15. La présence de ces actifs permet une prise de relais efficace et assure une protection optimale contre la lumière, le dioxyde d'azote et l'ozone. Vitamine C, E, bêta-carotène, ubiquinone, extraits de thé vert, acide folique, extraits de pépins de raisin et de son de riz constituent un vrai front de défense cutanée.

Algues mangetout ! Chez Phytomer, on a misé sur les performances d'une micro-algue bleue dépolluante, la Phormidiane, venue tout droit de Bretagne où elle participe à la dépollution de l'eau de mer. Intégrée aux crèmes, elle "booste" leurs effets protecteurs.

Parce que l'ozone constitue un stress majeur pour nos kératinocytes, Biotherm en a fait sa cible n°1 avec sa ligne Hydra-Detox. En ligne de mire aussi, les métaux lourds, le cadmium en particulier. On trouve ainsi un mélange d'éléments cellulaires naturels, dit "actif ozoprotecteur", pour armer la peau contre les méfaits de l'ozone.

Juste avant d’appliquer votre crème : Démaquillage obligé.

Même si vous ne vous maquillez pas, cette étape n'est jamais superflue ! Le matin, elle débarrasse la peau des toxines éliminées tout au long de la nuit, du sébum libéré par les glandes sudoripares, et des poussières.

Appliquer directement un soin de jour sur une peau non nettoyée diminue son efficacité, ses actifs pénètrent mai. Pire encore, le mélange émulsion et souillures surcharge et étouffe la couche cornée. Le soir, cette étape, encore plus essentielle, libère la peau de toute particule. Sans ce geste systématique, l'épiderme est comme asphyxié.

À lire également :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.